ATELIER 4

10 septembre 2020


Pour des raisons sanitaires, notre atelier ne se déroulera pas chez Capgemini , mais en webinar sur zoom https://us02web.zoom.us/j/89132240665
 

Quatre intervenants, dont une depuis Hong Kong et un autre depuis Shanghai, nous éclaireront sur différentes composantes du modèle chinois afin de mieux le comprendre : aspects géopolitiques, sociologiques et économiques mais aussi spécificités managériales et organisationnelles dans les entreprises. Entre chaque intervention, nous nous retrouverez en petit groupe pour échanger à haute voix et identifier les idées clés.

Le programme :
 

RDV A 9h00 précises sur ZOOM

09h15
Severine Arsène, politologue, chercheuse associée au Medialab de Sciences Po et professeur adjoint à l'université chinoise de Hong Kong. Son intervention portera sur les systèmes de notation citoyenne en Chine, aussi appelé crédit social.
 

Q&A suivi d'un debrief en petits groupes (avec Klaxoon)

10h30
Regard croisé entre Patrice Nordey, CEO de FABERNOVEL Asie et Fabien Siguier, Vice-Président Exécutif Ressources Humaines & Transformation chez ADISSEO (une entreprise française rachetée par l'Etat Chinois).
Ils nous parleront de leur expérience et de l'évolution des entreprises et des stratégies économiques en Chine.

Q&A suivi d'un debrief en petits groupes (avec Klaxoon)
 

12h30-13h45 : PAUSE DEJEUNER
 

14h00 Jean-Michel Valantin, docteur et chercheur en Études stratégiques et sociologie de la défense (EHESS, Paris) et auteur de "L'Aigle, le Dragon et la Crise planétaire", publié chez seuil. Il nous parlera de la Nouvelle Route de la Soie et de la façon dont la Chine se saisit des problèmes environnementaux.

Q&A suivi d'un debrief en petits groupes (avec Klaxoon)


15h15 Synthèse graphique de Catherine Tanitte

suivie d'une discussion libre et conclusive en plénière


FIN PREVUE : 16h00

 

Ewan ONOS - Chine, l'âge des ambitions - Albin Michel, 2014

 

Vue de loin, la Chine nous apparaît sous des traits déformés : une nation de ploutocrates pragmatiques et d’étudiants implacables dont le seul rêve est de contrôler l’économie globale. Ou un géant un peu confus, rongé par la corruption et au bord de la stagnation. Nous ne voyons pas l’extraordinaire façon dont les Chinois, puissants ou modestes, réinventent leurs vies dans un pays en pleine mutation.

Durant les nombreuses années qu’il a passées en Chine, Evan Osnos, lauréat du prix Pulitzer, a été le témoin des profonds changements politiques, économiques et culturels qui s’y sont déroulés. Couronné par le National Book Award 2014, il décrit dans ce récit fascinant la collision entre la montée de l’individualisme et la lutte du Parti communiste pour reprendre le contrôle. Pourquoi ce pays qui a permis à son peuple d’accéder à la richesse s’acharne-t-il à lui refuser la liberté d’expression ? Pourquoi des millions de jeunes Chinois séduits par la culture occidentale résistent-ils à ce point à son influence ?

Autant de questions auxquelles répond ce portrait saisissant de la Chine d’aujourd’hui et de demain.

 

Jean François DUFOUR : China Corp 2025, dans les coulisses du capitalisme à la chinoise Maxima, 2019

« Dans les coulisses du capitalisme à la chinoise » : le sous-titre est parfaitement adapté au livre du consultant Jean-François Dufour qui nous décrypte, avec de nombreux exemples concrets, la complexité d'un modèle économique sans aucune comparaison possible avec celui des autres puissances. La Chine se développe selon ses propres règles et c'est bien cela qui inquiète l'Occident, à l'heure où le géant asiatique ne cache plus ses ambitions industrielles. Avec le fameux plan Made in China 2025 en filigrane, l'ouvrage nous décode les rôles et les enjeux d'une foule d'acteurs (entreprises publiques et privées, autorité centrale et gouvernements régionaux, sans oublier l'omniprésent Parti communiste chinois) aux intérêts souvent divergents. Il nous aide à mieux comprendre les moyens mais aussi les limites de cette ambition chinoise. Au moment où les entreprises chinoises se déploient à l'international, cela n'a sans doute jamais été aussi utile !

 

Jean-Michel VALANTIN : L'aigle, le dragon et la crise planétaire, le Seuil 2020

Tandis que les effets du changement climatique sont ressentis de plus en plus violemment en Chine comme aux États-Unis, avec une multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, une guerre commerciale sans précédent oppose ouvertement ces deux pays depuis mars 2018. L'interdépendance profonde et complexe qui unit en les opposant ces deux puissances depuis le XIXe siècle est aussi l'un des principaux moteurs de la crise écologique et climatique planétaire. Cette croissance " chinaméricaine " émet près de 45% des gaz à effet de serres, exerce une pression phénoménale sur la biodiversité et induit une compétition toujours plus féroce pour l'accès aux ressources naturelles et énergétiques.
La " Chinamérique " est ainsi une force tellurique qui verrouille la Terre dans une trajectoire d'aggravation permanente, tout en se déchirant elle-même. Allons-nous vers un long conflit entre l'Aigle et le Dragon ? Et, si c'est le cas, la Terre s'en remettra-t-elle ?

Pour aller plus loin sur le sujet...
 

« Chine, stratégie d’une conquête »
voir la vidéo des ECHOS  sur Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=PjQ8Mt7aWI4

 

Géopolitis

Lorsque la Chine et les Etats-Unis se livrent une guerre commerciale, c’est toute la planète qui tousse.

https://www.youtube.com/watch?v=EhPPZ3FA7zI

Devenue la deuxième puissance économique mondiale, la Chine talonne les États-Unis et lance ses « nouvelles routes de la soie ». Un succès qui, aujourd’hui, dérange et conduit à une guerre commerciale à l’échelle de la planète. Hommes politiques, entrepreneurs, experts, français, américains et chinois, révèlent les dessous de cette conquête, menée comme une partie de jeu de go...

L’ascension fulgurante d’une nation… Plus que jamais, l’empire du Milieu se pose comme une superpuissance conquérante. Ses produits high tech inondent la planète, ses fleurons industriels ont laminé la concurrence. Une domination que l’Occident n’a pas vu venir.
En six étapes, ce documentaire raconte comment, en une quarantaine d’années, la Chine a quitté son statut de pays en voie de développement et s’est hissée au premier plan, à une vitesse extraordinaire, grâce à une stratégie clairement revendiquée par le dirigeant actuel, Xi Jinping : « La diplomatie chinoise est comme le go. » Un jeu chinois millénaire dont Christian Harbulot, directeur de l’école de guerre économique, rappelle le principe d’encerclement : « Encercler, ça veut dire créer une logique de suprématie acceptée. Mais ça ne veut pas dire détruire et soumettre. » Un « jeu qui dure longtemps », rappelle Wang Yiwe, délégué de la mission chinoise auprès de l’Europe (2008-2011), et où l’« on se moque des petites défaites et des petites victoires ».  

Tout débute en 1975 avec la visite de Deng Xiaoping en France. Le leader chinois a acquis la conviction qu’il peut sortir son pays du sous-développement en l’ouvrant sur le monde. « Il vient avec une idée en tête, se souvient Claude Martin, ancien ambassadeur de France à Pékin. Acheter des technologies, acheter des usines, ouvrir la Chine au monde moderne. » Après la mort de Mao, il met son plan à exécution. Il sollicite l’aide de la Banque mondiale, et lui annonce son ambition : multiplier en vingt ans le PIB par quatre. « Den Xiaoping était avant tout un visionnaire, souligne Alain Juillet, ancien directeur du renseignement à la DGSE. La stratégie qu’il a écrite et expliquée à l’époque était celle que les Chinois ont appliquée jusqu’à aujourd’hui. » Alléchés par cet énorme marché, les Occidentaux se ruent en Chine, acceptent des transferts massifs de technologies et ferment les yeux sur les violations des droits de l’homme. À l’image de Jacques Chirac, premier chef d’État occidental à rendre visite à Jiang Zemin après les événements de la place Tian’anmen, en 1989. En 2001, l’OMC accueille en son sein la République populaire de Chine, qui accepte de faire des concessions à ses nouveaux partenaires économiques avant d’avancer de nouveaux pions…

Une stratégie à long terme
Car bientôt il devient urgent de capter les bénéfices générés au profit des entreprises étrangères… « On devait fabriquer 800 millions de chemises pour acheter un Boeing !raconte Tao Weibin, journaliste économique indépendant. Alors on s’est demandé si le moment n’était pas venu d’améliorer notre mode de développement. » Objectif : la maîtrise des industries de pointe.
Avec le train à grande vitesse, la Chine réussit un coup de maître en faisant jouer la concurrence étrangère, alléchée par « le contrat du siècle », accélérant ainsi le transfert de technologies. Mais aucune entreprise étrangère ne rafle la mise, car le pays communiste est désormais en mesure d’inaugurer en 2011 son propre TGV : le Pékin-Shanghai. « La culture de la copie est dans la culture chinoise, explique Claude Martin. Donc c’est très dur de développer une vraie politique de la protection intellectuelle. »

Le règne de Xi Jinping
L’élection de Xi Jinping marque le début d’une nouvelle ère : il affiche d’emblée son ambition de donner à la Chine la place de première puissance mondiale et affirme son autoritarisme. Il n’a aucune clémence pour le prix Nobel de la paix et intellectuel Liu Xiaobo, qui meurt en prison sous les caméras du monde entier. « C’est vraiment la fin des illusions ! » résume François Bougon, journaliste de l’AFP à Pékin (2005-2010). « La Chine est très puissante. Qu’elle soit vertueuse ou pas n’a aucune importance, précise le dissident syndicaliste Cai Chongguo. Il suffit que tout le monde nous craigne, reconnaisse nos succès. » 
En quarante ans, le salaire moyen d’un Chinois a été multiplié par 100. Et la Chine continue de tisser sa toile autour du monde. « Il faut mesurer le renversement stratégique que cela représente, explique l’ancien ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire. Aujourd’hui, la totalité des investissements financiers de la Chine en Afrique est supérieure à l’ensemble des investissements de la Banque mondiale. Ça veut dire qu’à un ordre occidental s’est substitué un ordre chinois. »
En 2013, Xi Jinping lance les nouvelles routes de la soie devant un parterre de plus de 1 500 chefs d’État étrangers. Pour échapper à la mondialisation occidentale, ce projet titanesque de réseau de nouvelles routes est destiné à favoriser les échanges commerciaux entre la Chine et le reste du monde. « C’est Marco Polo à l’envers ! » 
Xi Jinping ne limite pas la présence chinoise au marché : en 2017, il inaugure la première base militaire chinoise à Djibouti. Mais c’est bien une guerre économique qui va bientôt se jouer entre la Chine et les États-Unis qui voient leurs positions mises en péril…

                                                                 **********
 

L'impérialisme chinois : la mauvaise excuse des économies occidentales

 

Les pays occidentauxont beau jeu de critiquer les politiques industrielles de l'Etat chinois, jugées trop agressives à leur endroit. Pour Dani Rodrik, ce sont leurs propres lacunes en matière de stratégie industrielle qui méritent d'être questionnées, avant de s'en prendre à la Chine.

Les Echos Juillet 2020

Lorsque le Covid-19 s'est propagé de la Chine à l'Europe puis aux Etats-Unis, les pays frappés par la pandémie se sont retrouvés dans une course folle au matériel médical - masques, respirateurs, vêtements de protection. Le plus souvent, c'est vers la Chine qu'ils ont dû se tourner. Au moment où la crise a éclaté, la Chine était devenue le plus grand fournisseur mondial de nombreux produits clés, représentant la moitié de toutes les importations européennes et américaines d'équipements de protection individuelle.

De toute évidence, les prouesses de fabrication de la Chine ne sont pas le résultat des forces du libre marché. Dans le cadre de sa politique « Made in China 2025 », le gouvernement chinois a exigé des augmentations ambitieuses de la part des producteurs nationaux dans les fournitures médicales mondiales. Le « New York Times » a expliqué avec force détails comment le gouvernement a fourni des terrains à bas prix aux usines chinoises, octroyé des prêts subventionnés, ordonné aux sociétés d'Etat de produire des matériaux fondamentaux et stimulé les chaînes d'approvisionnement nationales en obligeant les hôpitaux et entreprises à utiliser des intrants locaux. Le Sichuan, par exemple, deuxième province de Chine, a réduit de moitié le nombre de catégories pour lesquelles l'importation de matériel médical était autorisée. La plupart des hôpitaux étaient obligés de tout se procurer localement, seuls les meilleurs hôpitaux étant autorisés à importer des fournitures de l'étranger.

Les médias occidentaux regorgent désormais de témoignages sur la « volonté de la Chine de dominer d'importants rouages de la machine industrielle mondiale », selon les termes du « New York Times ». De plus en plus, le rôle de la Chine dans l'économie mondiale est décrit comme une agression impériale. Nous devons toutefois reconnaître qu'un modèle économique mixte, piloté par l'Etat, a toujours été à l'origine du succès économique chinois. Si la moitié du miracle économique de la Chine reflète son virage vers les marchés à la fin des années 1970, l'autre moitié est le résultat de politiques gouvernementales actives, qui ont protégé les anciennes structures économiques - telles que les entreprises d'Etat - tandis que les nouvelles industries ont vu le jour grâce à un large éventail de politiques industrielles. Le peuple chinois en a, bien sûr, été le principal bénéficiaire, faisant l'expérience de la réduction de la pauvreté la plus rapide de l'histoire. Mais ces gains ne se sont pas faits au détriment du reste du monde. Loin de là. Les politiques de croissance qui suscitent aujourd'hui l'ire des autres pays sont la raison pour laquelle la Chine est devenue un si grand marché pour les exportateurs et les investisseurs occidentaux.

Les politiques industrielles chinoises, notamment dans le domaine médical, ne sont-elles pas toutefois injustes pour les concurrents, ailleurs dans le monde ? Nous devrions faire preuve de prudence avant de parvenir à un tel verdict. La justification traditionnelle des politiques industrielles est que les nouvelles industries produisent des retombées d'apprentissage, des externalités technologiques et d'autres avantages sociaux généraux qui rendent le soutien de l'Etat souhaitable. Mais de nombreux économistes occidentaux présument que les gouvernements ne sont pas les mieux placés pour identifier les industries qui méritent d'être soutenues. En d'autres termes, si la politique industrielle chinoise avait été mal conçue et mal orientée, c'est bien l'économie chinoise qui en aurait souffert directement.

La science économique des politiques industrielles peut devenir plus compliquée en présence de monopoles et d'entreprises dominantes sur le marché. Les politiques industrielles peuvent être à juste titre restreintes lorsqu'elles permettent d'exercer un pouvoir de marché aux dépens du reste du monde. Mais les producteurs chinois sont rarement accusés de maintenir des prix élevés, ce qui est la marque du pouvoir de marché. Plus souvent, c'est le contraire qui leur est reproché. De telles considérations s'appliquent probablement davantage aux entreprises américaines et européennes qui sont souvent les acteurs dominants sur les marchés de haute technologie.

Rien de tout cela n'est un argument pour que les autres pays restent les bras croisés pendant que la Chine progresse vers des industries toujours plus sophistiquées. Les Etats-Unis, pour leur part, ont une longue histoire de politique industrielle réussie, en particulier dans les technologies liées à la défense. Il existe désormais un large consensus, traversant le spectre politique américain, selon lequel le pays a besoin d'une politique industrielle plus explicite visant de bons emplois, l'innovation et une économie verte. Un projet de loi présenté par le leader démocrate du Sénat américain, Chuck Schumer, propose de dépenser 100 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans le domaine des nouvelles technologies.

Une grande partie du nouveau front en faveur d'une politique industrielle forte aux Etats-Unis et en Europe est motivée par la perception de la « menace » chinoise. Or les arguments économiques suggèrent que ce n'est pas le bon objectif. Les besoins et les remèdes se situent dans la sphère domestique. L'objectif devrait être de bâtir chez nous des économies plus productives et plus inclusives - et non pas simplement de surpasser la Chine ou d'essayer de saper ses progrès économiques.

                                                                       ************

« La relocalisation est une fausse bonne idée »

Lauréate de l’édition 2020 du Prix du meilleur jeune économiste, spécialiste du commerce extérieur, Isabelle Méjean étudie les effets de la mondialisation des échanges.

Propos recueillis par Philippe Escande et Julien Bouissou

LE MONDE le 24 mai 2020
 

Isabelle Méjean, à Montrouge (Hauts-de-Seine), le 7 mai. SIMONE PEROLARI POUR « LE MONDE »

Docteure en économie de l’université Paris-I, professeure à l’Ecole polytechnique, Isabelle Méjean, 39 ans, est lauréate du Prix du meilleur jeune économiste 2020, organisé par « Le Monde » et le Cercle des économistes. Etudiant les effets de la mondialisation des échanges, elle s’est notamment intéressée à la manière dont les pays et les entreprises se sont progressivement spécialisés pour s’intégrer dans le circuit commercial mondial et aux conséquences économiques de ces choix. Notamment la fragilité des systèmes, que la crise sanitaire révèle au grand jour.
 

Vous avez beaucoup étudié l’extension des chaînes de valeur provoquée par la mondialisation. La crise actuelle change-t-elle la donne ?

Elle a mis en avant le sujet de la fragmentation extrême des processus de production et de la fragilité qui en résulte. Ce phénomène s’est développé au cours des années 1990 et 2000 et s’est accompagné d’une concentration très importante de la production dans un petit nombre d’entreprises et de pays. A la faveur de la crise sanitaire, on s’aperçoit que certains produits qui apparaissent comme de première nécessité, les masques, les médicaments, sont fabriqués par très peu d’entreprises dans le monde. Si ces producteurs font face à une baisse de productivité, par exemple du fait de la crise sanitaire, l’impact devient très rapidement mondial. La Malaisie fabrique par exemple 55 % des gants chirurgicaux vendus dans le monde. Il suffit qu’une catastrophe affecte ce pays pour que toute la planète soit concernée.

Comment en est-on arrivé là ?

La spécialisation et la production à grande échelle génèrent des bénéfices économiques importants. C’est ce qui permet aux consommateurs d’avoir accès à des biens sophistiqués à un coût faible. A l’inverse, si on revient en arrière, pour construire des chaînes de valeur moins fragmentées et plus résistantes aux chocs, les coûts de production vont augmenter, et le consommateur paiera la note. La question, autant politique qu’économique, est donc celle de l’arbitrage entre le prix des biens et la solidité du système.

Faut-il relocaliser de la production en Europe ?

C’est toujours possible. Mais je pense que la relocalisation est une fausse bonne idée. Le problème de la fragmentation des chaînes de production ne provient pas de la distance géographique, mais du niveau de concentration. Relocaliser la production de gants chirurgicaux de Malaisie en Slovaquie ne résoudra pas mécaniquement le problème qui nous concerne aujourd’hui. La fragilité sera la même. Il convient au contraire de diversifier les sources d’approvisionnement pour réduire notre exposition à des risques spécifiques à certains pays ou à certaines entreprises.

Quel est l’impact des tensions entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce mondial ?

Les tarifs douaniers imposés par Washington n’ont profité qu’à quelques entreprises, alors qu’elles ont pénalisé les consommateurs et les nombreuses industries américaines qui utilisent les produits chinois dans leurs chaînes de production. Les études économiques qui ont été faites ont montré que les politiques protectionnistes sont très coûteuses pour ceux qui les mettent en place, surtout dans des systèmes de production très fragmentés.

Quel doit être le rôle de l’Europe ?

Elle doit jouer la carte du multilatéralisme et donc de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). On peut bien sûr se demander si la Chine doit continuer de bénéficier de certaines dispositions spéciales, comme les subventions aux entreprises d’Etat. Mais il vaut mieux réformer le système de l’intérieur plutôt que d’en sortir et en payer le prix fort. L’Europe a beaucoup tiré profit du libre-échange organisé dans le cadre du marché unique ou à travers ses accords avec d’autres pays.

N’est-on pas protectionniste en voulant imposer, comme certains le réclament en Europe, des normes environnementales et sociales à d’autres pays ?

Ce n’est pas du protectionnisme, dans la mesure où ces normes ne sont pas destinées à avantager nos entreprises. Ces normes sociales et environnementales sont indispensables à une croissance durable sur le long terme. Il faut qu’elles fassent partie des règles du commerce international pour inciter les pays à participer à la lutte contre le changement climatique. La fragmentation des chaînes de valeur, du fait de l’éclatement des lieux de production entre différents pays, a un coût environnemental important, qui n’est pas internalisé par les entreprises. Or la taxe carbone aux frontières est le meilleur moyen de l’intégrer au coût de production. Il faut que le prix final reflète le coût environnemental de la production. Cela ne veut pas dire produire localement, puisque le coût environnemental n’est pas nécessairement plus faible parce que le bien n’est pas transporté. Il faut cependant que le système de prix reflète effectivement le contenu en carbone de la production.


Les pays pauvres et émergents ne sont-ils pas les plus grands perdants du ralentissement du commerce mondial ?

Certains pays émergents, comme la Thaïlande ou le Vietnam, ont réussi à s’intégrer dans le commerce mondial via leur participation aux chaînes de valeur. C’est une stratégie d’intégration relativement peu coûteuse, car au lieu de bâtir toute une industrie compétitive, il leur suffit de se spécialiser sur une étape de la chaîne de production. Mais tous les pays en développement n’ont pas bénéficié de la mondialisation, loin de là. Si on retire les quelques émergents qui en ont tiré profit, on voit qu’en réalité le reste du monde stagne. Une partie de la planète, notamment l’Afrique, reste à l’écart de la mondialisation et de la croissance.

                                                                         ***********
 

« Les partisans de la décroissance abandonnent de fait l’objectif du plein-emploi »

Christophe Ramaux

Economiste au Centre d’économie de la Sorbonne (Université Paris 1) et membre des Economistes atterrés

L’économiste Christophe Ramaux souligne dans une tribune au « Monde » l’impossibilité de concilier les objectifs de réduction des inégalités et de protection de l’environnement tout en prônant la « décroissance »    Le Monde 2020-06-01

Tribune. La crise du coronavirus fait ressurgir deux exigences : le pouvoir d’achat des « premiers de corvées » et l’écologie. Comment les concilier ? Est-il possible d’augmenter le revenu des moins aisés sans croissance du produit intérieur brut (PIB), voire en le réduisant comme le préconisent les partisans de la décroissance ?

Pour répondre à cette question, il faut se pencher sur le niveau de vie des ménages français : les revenus d’activité et du patrimoine (revenus « primaires »), mais aussi les prestations sociales reçues - retraite, allocations familiale et chômage, minima sociaux… - dont sont déduits les cotisations sociales et les impôts directs versés. Ce niveau de vie est calculé par unité de consommation (UC) pour tenir compte de la taille du ménage (une UC pour le premier adulte, 0,5 pour les autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 pour les moins de 14 ans).

Le niveau de vie moyen est de 2 000 euros par mois, le niveau de vie médian (la moitié touchent plus, l’autre moins) de 1 735 euros (données Insee sur l’année 2017). Celui des 10 % (décile) les plus pauvres est de 700 euros, celui des 10 % les plus riches de 4 763 euros, soit un rapport d’inégalité interdécile de 6,8. Ces chiffres intègrent déjà de la redistribution puisque pour les seuls revenus primaires, le niveau de vie des 10 % les plus aisés est 22,2 plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres.

Un SMIC net à 1 200 euros

Il y a cependant de la marge pour la justice sociale puisqu’au final, après redistribution, les 10 % les plus pauvres n’ont que 3,5 % de la masse des revenus alors que les 10 % les plus aisés en capturent 24 %. Le Smic net est aujourd’hui de 1 200 euros. La CGT demande de le passer à 1 450 euros. Certains « gilets jaunes » ont revendiqué une hausse plus limitée, à 1 300 euros.

Retenons ces 1 300 euros comme cible a minima. Aujourd’hui 30 % des ménages – essentiellement des personnes sans emploi, travailleurs précaires ou à temps partiel – n’atteignent pas ce niveau de vie. Si l’on se place dans l’hypothèse d’un PIB constant, et donc d’un revenu global des ménages constant, il faudrait pour qu’ils l’obtiennent que le niveau de vie des 10 % les plus aisés passe de 4 763 euros à 3 996 euros.

De même si l’on souhaite aussi revaloriser de 10 % le niveau de vie des 20 % de ménages situés juste en dessous de la médiane (ceux compris entre les 30 % les plus pauvres et les 50 % les plus aisés), le niveau de vie des 10 % les plus aisés devait alors passer à 3 586 euros, soit une baisse cumulée de 25 %.

Sans croissance impossible d’augmenter les plus démunis

A ce stade, soulignons-le, les classes moyennes et moyennes supérieures se situant entre le 5e et le 9e décile ne bénéficieraient d’aucune hausse de leur niveau de vie. Est-il possible, comme le prônent les partisans de la décroissance, de réduire le PIB en ne tablant que sur la réduction des revenus des plus riches ? Pour que ceux-ci amortissent seuls le choc d’une baisse du revenu global de 5 %, leur niveau de vie devrait baisser de 1 000 euros.

Combiné aux objectifs de réduction des inégalités vus plus haut, il devrait en conséquence passer à 2 586 euros. En fait, les 10 % les plus riches… ne le seraient plus, leur niveau de vie passant en deçà du décile précédent (2 810 euros pour le 9e décile). Si l’on retient une hypothèse de baisse de 10 % du revenu global, plus audacieuse en termes de décroissance, le revenu des 10 % les plus riches devrait passer à 1 586 euros, soit bien en dessous du niveau de vie moyen !

Le bilan est clair : avec la décroissance, il n’est pas possible d’augmenter significativement le revenu des plus démunis en pariant uniquement sur le fait de « faire payer les riches ». Il faudrait simultanément réduire sensiblement le niveau de vie des classes moyennes et moyennes supérieures, où l’on trouve les infirmières et les instituteurs.

Plus que la décroissance il faut réorienter la production

Que faire ? La crise du coronavirus se traduit déjà par une chute du PIB et du revenu des ménages, d’ailleurs beaucoup plus brutale pour les précaires dont le contrat n’a pas été renouvelé. Il y a bien lieu de réduire les inégalités en taxant les plus riches. De même, il y a lieu de réduire des productions (charbon, pétrole, SUV…). Mais plus qu’une décroissance globale, n’est-ce pas la réorientation de la production qu’il convient d’organiser ?

Le PIB est un indicateur précieux pour défendre les services publics, puisque son calcul stipule, contre l’avis des libéraux, qu’ils sont productifs et créent de la richesse monétaire au même titre que la production marchande. Il est précieux aussi en ce que qu’il se décline de trois façons différentes : par la production, mais aussi par la demande (consommation - dont celle de services publics - et investissement) et enfin par les revenus (salaires, revenus du capital, etc.).

Réduire le PIB c’est réduire la production et la demande, mais aussi automatiquement les revenus distribués. D’où l’impasse sociale qui vient d’être évoquée, impasse abyssale, pour ne pas dire indécente, si l’on songe aux pays les moins avancés. Le capitalisme laissé à lui-même est productiviste : peu importe le contenu de la croissance pourvu qu’elle soit profitable.

Rénovation et relocalisation de la production

Preuve qu’on est souvent prisonnier du schéma intellectuel de ceux qu’on combat, les partisans de la décroissance voient symétriquement le salut dans la baisse de la production. Ils arguent que le découplage entre production et émission de gaz à effet de serre (GES) est impossible, sans craindre de discréditer ainsi l’objectif de neutralité carbone en 2050, qui prévoit des émissions nettes nulles (entièrement compensées) à cette date.

Le découplage entre production et émissions de GES a déjà commencé à l’échelle mondiale. Comment l’amplifier ? En réduisant l’intensité énergétique de la production, ce qui passe par la rénovation thermique du bâti, la relocation de la production, la priorité aux consommations et productions peu énergivores (santé, éducation, culture…), car le PIB ce n’est pas seulement la production matérielle.

Le dogmatisme vert

En réduisant simultanément l’intensité carbone de l’énergie par le recours à l’électricité non carbonée, avec les renouvelables mais aussi le nucléaire. Car il faut avoir le courage de reconnaître que, puisque l’éolien et le photovoltaïque exigent, faute de dispositif de stockage massif de l’électricité, le complément à la source renouvelable est particulièrement nocif s’il s’agit du charbon ou même du gaz.

La plupart des partisans de la décroissance abandonnent de fait l’objectif du plein-emploi. Mal logement, santé, éducation, nourriture saine, rénovation thermique, transports non carbonés, etc. : le social comme l’écologie appellent pourtant un choc d’activité, avec à la clé des millions d’emplois à créer. Et un emploi quel qu’il soit (y compris public ou associatif) augmente la richesse monétaire, le PIB, et partant le niveau de vie.

L’émancipation sociale au XXe siècle a été embrumée par le dogmatisme rouge. Puisse le XXIe siècle ne pas l’être par le dogmatisme vert.

Christophe Ramaux(Economiste au Centre d’économie de la Sorbonne (Université Paris 1) et membre des Economistes atterrés)