top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Ekimetrics crée un ChatGPT du climat validé avec le GIEC



Jacques Henno


« Quel est le rôle du méthane dans le réchauffement climatique ? » Si on pose cette question à Google, le moteur de recherche ne liste pas moins de 432.000 résultats. Si on s'adresse à ChatGPT, le célèbre robot conversationnel, il rédige une synthèse apparemment bien faite de quatorze lignes. Mais si on lui demande quelles sont ses sources, sa réponse est des plus vagues : « Des rapports scientifiques, des publications universitaires, des articles de journaux et des sites Web gouvernementaux tels que ceux de la Nasa et du GIEC. »

Depuis début avril, toute personne qui s'intéresse à la crise climatique peut aussi se tourner vers Climate Q & A, un robot conversationnel en ligne consacré aux questions environnementales qu'a mis au point la société parisienne Ekimetrics, spécialiste de l'intelligence artificielle et de la science de la donnée.

Uniquement en anglais pour l'instant, la réponse fuse aussi vite que sur ChatGPT, mais est beaucoup plus factuelle : dix affirmations - par exemple « Methane is a much more powerful greenhouse gas than CO2 [doc 3] » - toutes précisément sourcées. Dans ce cas, le document 3 renvoie à la page 716 du premier rapport d'évaluation du GIEC, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Solutions pour les entreprises

« Par défaut, Climate Q & A ne fournit ses réponses qu'à partir des rapports du Giec, soit trois fois 4.000 pages », explique Laurent Félix, directeur général d'Ekimetrics. Il est possible d'élargir la recherche à des documents de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, de l'Agence internationale de l'énergie, du Parlement européen… « Climate Q & A a notamment été soumis à la validation de Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe 1 du GIEC, dont les retours permettent une amélioration en continu du moteur », affirme Laurent Félix.

La ressemblance avec l'interface de ChatGPT ? « Lorsque vous posez une question à Climate Q & A, nous la reformulons, nous extrayons les éléments de réponses des documents que nous avons sélectionnés et nous utilisons ChatGPT pour composer une réponse accessible au grand public, explique Nicolas Chesneau, directeur de l'innovation d'Ekimetrics. Et nous avons donné deux injonctions à ChatGPT : 'Tu n'inventes pas et, si tu ne sais pas, tu ne réponds pas.' »

Ekimetrics développe depuis plusieurs années des solutions pour l'environnement à destination des entreprises : calcul de l'empreinte carbone, aide pour compléter les déclarations ESG (environnement, social et gouvernance). « Nous travaillions depuis neuf mois sur un projet de traitement naturel du langage appliqué au climat, lorsque le buzz autour de ChatGPT nous a donné l'idée d'utiliser ce robot conversationnel pour lancer une application grand public consacrée à l'environnement », précise Laurent Félix. Climate Q & A est en code source ouvert sur Hugging Face, une plateforme américaine dédiée à l'apprentissage automatique.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Leïla Marchand Dans un futur prochain pourrait advenir le « Q-Day », le jour où un ordinateur quantique sera suffisamment puissant pour casser la sécurité de toutes nos communications et transaction

bottom of page