• Thierry Bardy

Internet satellitaire, Bruxelles se lance à la poursuite de SpaceX et Blue Origin

Pour cette dernière lettre de l’année, j’attire votre attention sur l’ information n°3. Hermès n’a pas (encore) souhaité s’installer sur le marché du NFT (œuvre numérique accompagnée de son titre de propriété). Mais d’autres le font pour elle, en numérisant des objets réels de la marque du luxe pour les revendre. A l’inverse de Nike qui mise sur les perspectives de l’existence numérique de ses chaussures dans les mondes virtuels (métavers). De nombreuses œuvres numériques se vendent aujourd’hui et s’échangent sur des places de marchés spécialisées. Elles ne tarderont pas à débarquer dans les métavers pour s’exposer à quelques happy few dans des résidences privées ou à l’inverse pour le public dans des musées numériques. Voir ici le top15 des NFT les plus chers vendus à ce jour.

Philippe Clément

Senior Advisor for Strategic Innovation

  1. Comment l'IA se met au service du cybercrime

En matière de sécurité informatique, le jeu du chat et de la souris n’est pas près de se terminer. Ce qui était prévisible se réalise, les attaquants utilisent les dernières innovations en matière d’Intelligence Artificielle (IA) pour contourner plus sûrement les défenses naturelles de bon sens que nous mettons en œuvre pour nous protéger des usurpations ou extorsions en tous genres. Ainsi l’arnaque au président reproduit maintenant fidèlement grâce à l’IA le ton de la voix du vrai président pour faire accomplir au service comptable des transactions frauduleuses. L’IA permet aussi aux criminels d’échafauder des scénarios de pénétration des systèmes d’informations des entreprises en personnalisant les attaques par récupération de données personnelles des employés sur les réseaux sociaux. Par exemple, un employé fan de guitares cliquera plus facilement sur un lien en rapport avec sa passion, et toutes ces informations personnelles figurent sur les réseaux sociaux.

  1. Internet satellitaire, Bruxelles se lance à la poursuite de SpaceX et Blue Origin

Ce projet stagnait dans les cartons bruxellois depuis des années. Qu’à cela ne tienne, Bruxelles va mettre les bouchées doubles pour rattraper son retard (?) face à Starlink (Elon Musk) et Kuiper (Jeff Bezos). Ce service d’Internet satellitaire européen a été remporté par un consortium de 22 entreprises emmenées par 2 français : Unseenlabs et Euroconsult. Par ailleurs, un projet (Maia Space) de mini-lanceur réutilisable a été engagé chez ArianeGroup à Vernon (Eure), mise en œuvre prévue pour 2026.

  1. Luxe, Hermès débordé par la copie numérique de son sac Birkin

La contrefaçon débarque dans le métavers… La vente d’objets numériques copies conformes d’objets réels de luxe soulève des problèmes juridiques évidents. Nike a anticipé ceux-ci en générant lui-même des NFT copies conformes (et approuvées) de 608 paires de baskets réelles représentant 3,1M$ à la vente. Il devient alors souhaitable qu’un métavers ne puisse accepter des NFT que lorsque ceux-ci ont une identité reconnue et tracée (blockchain ?). Ainsi le droit de propriété dans les métavers devient aussi important et légitime que dans la vie réelle.

  1. Sur Twitter, si vous publiez une photo, il vous faudra désormais l'accord des personnes qui y figurent

Après la démission de Jack Dorsey (fondateur et ex CEO) Twitter se met à laver plus blanc en matière de respect de la vie privée. Une simple indication d’un intéressé à la plateforme, et le média sur lequel il apparait dans Twitter sera immédiatement effacé. Twitter aurait pris conscience des impacts des réseaux sociaux sur la vie des individus, et la question de savoir si les autres réseaux vont lui emboiter le pas est plus que légitime. Facebook (propriétaire de Instagram et WhatsApp) a récemment été mis à l’index sur le sujet des impacts de sa faible politique de modération sur les individus.

  1. Voyage dans le métavers, prochaine frontière de l'entreprise

Les destins des jumeaux numériques et des métavers sont désormais intimement liés. De la simulation de la grotte de Lascaux où l’on peut évoluer et même s’y téléporter en différents endroits jusqu’au monde de l’entreprise, nombreux sont les cas où le jumeau numérique prouve sont utilité. En matière d’aviation, de ville connectée, d’immeuble, le jumeau numérique tisse aujourd’hui des liens de plus en plus étroits avec l’objet réel qu’il représente. A ces fins, différentes technologies se combinent pour assurer cette représentation en temps réel de l’objet : IoT (Internet des Objets), réseaux (transport de l’information), stockage en mode Edge (local) ou cloud (centralisé), data analyse pour comprendre la dynamique de l’objet, représentation virtuelle 3D pour la visualisation, IA (Intelligence artificielle) pour la compréhension de l’objet et ses prévisions d’évolutions. Ces entités complexes trouvent désormais leur place dans l’entreprise mais aussi dans des mondes virtuels (métavers) permanents où l’on pourra d’ici peu plonger et se déplacer.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout