top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

L'année noire des fonds verts



Bastien Bouchaud et Caroline Mignon


La Bourse n'a pas été favorable aux investisseurs responsables en 2022. Le retour en grâce des valeurs de l'énergie et le décrochage de la tech ont mis en difficulté les fonds ESG. Reflet de cette année compliquée pour la finance verte, le pétrolier Exxon est récemment repassé devant Tesla à Wall Street.

Les investisseurs responsables ont été mis à rude épreuve cette année. L'éclatement de la bulle des valeurs technologiques, conjugué à la flambée des prix des énergies fossiles, a créé un cocktail toxique pour les performances des placements respectant des critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance (ESG). ​D'après Bloomberg, les 10 plus grands fonds américains d'investissement ESG ont enregistré des pertes à deux chiffres sur les onze premiers mois de l'année, et 8 d'entre eux sont à la traîne du S&P 500.

Le décrochage est général. Et pour cause : les fonds responsables ont abordé cette année avec un handicap. La plupart d'entre eux refusent d'investir dans des activités controversées, comme les énergies fossiles, les armes à feu ou le tabac, par exemple. Or, sur fond de guerre en Ukraine, ces trois secteurs ont tiré leur épingle du jeu cette année et réalisé de très bonnes performances. L'indice sectoriel du pétrole et du gaz s'est envolé de 55 %, alors que le S&P 500 enregistre des pertes d'environ 20 %.

Thales en tête du CAC 40

Huit des dix plus fortes hausses de l'année à Wall Street ont été enregistrées par des producteurs d'énergies fossiles. Occidental Petroleum, un spécialiste du pétrole et du gaz de schiste dont le cours a plus que doublé depuis le début de l'année, affiche la meilleure performance du S&P 500. Symbole de cette année compliquée pour la finance verte, la capitalisation du pétrolier Exxon vient de dépasser celle de Tesla à Wall Street. Le cours du premier a bondi de plus de 70 %, quand celui du constructeur de voitures électriques a fondu de 60 %. La tendance est similaire en Europe. British American Tobacco et Imperial Brands ont progressé de plus de 20 % en 2022. A Paris, le spécialiste de la défense Thales caracole en tête du CAC 40, avec des gains d'environ 60 %, suivi par TotalEnergies, en hausse de 34 %. L'indice parisien, lui, a perdu près de 10 %.

Certains investisseurs ont du mal à accepter d'être passés à côté de ces hausses. Un patron d'une banque privée suisse a dû justifier ses choix de gestion, et dans certains cas faire des entorses à sa politique d'investissement responsable, après des plaintes de clients fortunés déçus des performances enregistrées. Mais les grands investisseurs institutionnels ont en général maintenu le cap malgré les turbulences. « Sur le pétrole, les clients sont droits dans leurs bottes, ils ont leurs propres engagements de décarbonation des portefeuilles à respecter », explique Catherine Garrigues d'AllianzGI.

Profits exceptionnels

Pour des investisseurs de long terme, investir dans les énergies fossiles peut être un pari risqué. « Tout a une fin, et l'avenir du secteur pétrolier est compromis au-delà de 10 ou 15 ans parce que la durée de vie de leurs réserves est limitée », estime-t-elle. Ces incertitudes pèsent déjà sur la valorisation du secteur.

TotalEnergies est sur le point de conclure une année exceptionnelle : la major française a généré davantage de cash au cours du seul troisième trimestre de cette année (17,8 milliards de dollars) que sur l'ensemble de l'année 2007 (17,7 milliards). Mais son cours de Bourse reste inférieur au record établi à l'époque. « Il sera difficile d'égaler de telles performances, 2022 restera une année atypique », selon Catherine Garrigues.

Les investisseurs semblent être du même avis. En dépit des mauvaises performances, les fonds ESG sont toujours plébiscités. Les ETF (fonds indiciels cotés) ESG ont ainsi attiré 44 milliards de dollars net cette année aux Etats-Unis, selon Bloomberg. Même chose de ce côté-ci de l'Atlantique, où parmi les fonds ouverts non cotés, les plus verts (article 9) sont selon Morningstar les seuls à être en collecte nette sur les onze premiers mois de l'année.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

A Davos, l'IA a occupé le coeur des débats

Nicolas Barré et Jean-Marc Vittori Deux sujets ont fait consensus cette année lors du Forum économique mondial de Davos : l'intelligence artificielle générative, qui va avoir des effets massifs sur le

Comments


bottom of page