• Thierry Bardy

La population mondiale risque de diminuer de moitié d'ici à la fin du siècle



Richard Hiault


Au rythme actuel de baisse du taux de fécondité, la population mondiale pourrait être diminuée de moitié en 2100 à un peu plus de 4 milliards d'habitants.

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. Encore moins la population mondiale. Le nombre d'êtres humains en passe d'atteindre les 8 milliards à l'automne prochain, selon les dernières prévisions des Nations unies, risque de s'effondrer avant la fin du siècle. C'est du moins la thèse défendue par James Pomeroy, économiste chez HSBC, dans une étude parue le 22 août. « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », avance-t-il.

A ses yeux, les prédictions des Nations unies selon lesquelles la population mondiale devrait atteindre un pic vers les années 2080 ne collent pas à la réalité. Le pic pourrait être atteint bien avant. Aux alentours de 2043. Pourquoi ? Parce que le taux de fécondité, en net recul, réduit significativement le nombre de naissances dans le contexte d'une population déjà vieillissante.

En juillet dernier, l'ONU constatait qu'en 2021, la fécondité moyenne de la population mondiale était de 2,3 naissances par femme au cours de la vie. Elle était de 5 dans les années 1950. Pour l'ONU, elle devrait encore baisser d'ici à 2050 pour atteindre 2,1, soit le taux qui permet de stabiliser la population. Mais selon la tendance récente observée, le recul pourrait être plus important et plus rapide. Une première alerte avait été donnée en 2019 par deux auteurs canadiens, Darrell Bricker et John Ibbitson, dans leur ouvrage « Empty Planet : the shock of global population decline ». Ils y soutenaient que le vieillissement et la faible fécondité entraîneraient des changements massifs dans la population humaine, et plus tôt que nous ne le pensons. James Pomeroy les rejoint.

Meilleur accès aux soins

Pour lui, la population mondiale pourrait comptabiliser seulement un peu plus de 4 milliards d'êtres humains d'ici à la fin du siècle. De multiples raisons expliquent la baisse du taux de fécondité. L'intégration des femmes dans le marché de l'emploi retarde l'âge auquel elles ont leur premier enfant. La hausse des prix de l'immobilier dans les pays riches limite d'autant le développement d'une famille nombreuse pour des raisons de coûts trop élevés.

Le développement de l'éducation et le meilleur accès aux soins et aux pratiques contraceptives jouent également un rôle dans le fait que les familles font moins d'enfants, souligne l'étude de HSBC. La pandémie n'a fait qu'accentuer la tendance à la baisse du nombre de naissances.

Bien évidemment, tous les pays ne logent pas à la même enseigne. « Le recul du taux de fécondité est global mais pour certains pays, à l'instar de ceux d'Afrique subsaharienne et d'Asie, le niveau, bien qu'en recul, permet une poursuite de la croissance de la population », précise James Pomeroy. En clair, la part de l'Afrique dans la population mondiale va se renforcer avec un nombre élevé de jeunes qu'il va falloir intégrer dans le monde du travail, sur place ou dans les pays développés ou émergents en manque de main-d'oeuvre. Les pays développés et certains pays émergents sont loin d'être dans le même cas. A Hong Kong, à Singapour, en Corée du Sud et à Taïwan, l'actuel taux de fécondité permet de prédire une division par deux de leur population d'ici à la fin du siècle. La Chine n'est pas loin de les rejoindre.

En Europe, « au rythme où vont les choses, la population aura diminué de moitié avant 2070, le continent risquant de perdre 400 millions d'habitants d'ici à 2100 ». De même, en prolongeant la tendance actuelle, la population indienne grimperait à 1,54 milliard d'habitants en 2050 tandis que la Chine verrait la sienne reculer à 1,17 milliard. La France compterait alors 62,3 millions d'habitants et l'Allemagne 70,3 millions.

Si certains Etats ont mis en place des politiques visant à relever la fécondité, James Pomeroy constate qu'elles sont « inefficaces ». Tout juste peut-on évoquer, dans certains cas comme en Scandinavie, un frein à la baisse du taux de fécondité. Le recul du nombre d'habitants pourrait-il être inéluctable ? Rien n'est inscrit dans le marbre. Mais ce repli, s'il intervient, constitue une bonne nouvelle dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde de la biodiversité. C'est l'une des solutions.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Par Mathieu Chartier Mesurer l'impact écologique du streaming vidéo n'est pas une mince affaire, tant les paramètres identifiables sont nombreux. Il semblerait même que les plus aisément quantifiables

- La croissance de Google ralentit, le géant dérape en Bourse. Les revenus d'Alphabet, la maison mère de Google, ont augmenté de 6 % seulement au dernier trimestre. Les marchés, déçus, ont sanctionné

Richard Hiault Sous l'oeil de la Banque des règlements internationaux, quatre banques centrales d'Asie et des Emirats arabes unis ont testé pendant six semaines leur plateforme commune d'échange de mo