• Thierry Bardy

Le français eShot Labs permet de créer des NFT en temps réel


Le Figaro

La société propose un outil pour tous les détenteurs de droits de contenus d'événements diffusés en direct.

Et si, le 12 juillet 1998, il avait été possible d'acheter en quelques clics la vidéo d'un des trois buts inscrits par l'équipe de France de football quelques secondes après avoir hurlé sa joie ? À l'époque, les fans désireux de garder un souvenir de l'émotion provoquée par cette victoire historique ont dû se contenter de conserver précieusement la une de leur quotidien préféré… L'explosion du marché des jetons non fongibles (NFT) en 2021 a montré un fort appétit pour les actifs digitaux uniques à collectionner, qu'il s'agisse d'oeuvre d'art, d'images ou de vidéos sportives. « Paradoxalement, alors que tout est devenu live sur le web, les NFT portent uniquement sur des contenus "froids", alors que l'émotion se joue bien souvent dans l'instant », observe Fergus Leleu, cofondateur d'eShot Labs. Créée en février 2022, cette jeune société a développé un outil technique permettant de transformer quasi instantanément l'extrait d'un flux vidéo en direct en un NFT et de le distribuer sur une plateforme accessible depuis un mobile via un QR Code. Derrière ce complexe défi technique se trouve une équipe aguerrie. Pont entre vidéo et web3 Ancien salarié de Blade-Shadow, une start-up française du cloud gaming reprise par OVH, Fergus Leleu s'est associé avec Jean-Baptiste Kempf, président de Video- LAN et développeur en chef du player vidéo VLC, l'un des programmes les plus téléchargés au monde. Après plusieurs mois de développement, leur outil de création de NFT vidéo en temps réel a été testé grandeur nature fin août lors d'un festival de sports extrêmes. Les NFT des figures les plus spectaculaires étaient proposés au public quelques secondes après leur captation.

« Nous ciblons les entreprises qui possèdent les droits pour pouvoir commercialiser des NFT », explique Fergus Leleu. Compétitions sportives, concerts, défilés de mode… Les cas d'usages sont multiples, tout comme la manière de concevoir les NFT. « Notre outil live NFT doit faire partie d'une stratégie globale web3 de la marque, afin de proposer des NFT dont l'utilité fait sens pour les utilisateurs », ajoute le jeune dirigeant.

Qu'ils soient diffuseurs, marques, créateurs de contenus, ce sont aussi ceux qui détiennent les droits sur l'événement diffusé en live qui décident entièrement de la forme que prend le NFT, de la technologie blockchain utilisée et des plateformes où ils seront proposés à la vente. « Notre solution s'intègre à n'importe quel flux audio ou vidéo et peut être disponible en marque blanche », précise Fergus Leleu.

Logiquement, l'équipe a commencé par concentrer ses discussions commerciales avec le monde sportif, le plus grand pourvoyeur de moments d'émotions en direct, des acteurs de l'e-sport et de la musique. Malgré la baisse des volumes d'échange sur le marché des NFT depuis le printemps, les fondateurs sont confiants dans leurs perspectives de développement. « Nous positionnons le NFT en outil marketing, pas en outil spéculatif », précisent-ils.


Leur ambition est aussi plus large. « Notre but avec eShot Labs est de faire le pont entre les mondes de la vidéo et celui du web3, deux industries très techniques et complexes, qui ont besoin de solutions intégrées, accessibles et faciles à utiliser », ajoute Jean-Baptiste Kempf, CTO cofondateur d'eShot Labs.


Le marché est vaste. Inventeur des NFT de vidéos sportives, l'américain NBA Top Shot (Dapper Labs) a dépassé 1 milliard de dollars de ventes depuis octobre 2020. Ses « moments » vidéo ne sont proposés à la vente que deux à trois semaines après les matchs. ¦

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Par Mathieu Chartier Mesurer l'impact écologique du streaming vidéo n'est pas une mince affaire, tant les paramètres identifiables sont nombreux. Il semblerait même que les plus aisément quantifiables

Emmanuel Combe La disparité de performance entre Apple et Facebook invite à s'interroger sur l'usage de termes englobants comme « Gafam » ou « géants du numérique ». Apple qui rit, Facebook qui pleure