top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Les fonds injectent des milliards à la recherche du prochain ChatGPT


Samir Touzani


Au premier trimestre 2023, plus d'1,6 milliard de dollars ont été levés dans le secteur.

L'effet ChatGPT. Depuis le succès fulgurant du robot conversationnel d'OpenAI, qui a réuni en quelques mois 100 millions d'utilisateurs, les investisseurs ont les yeux, et le portefeuille, rivés sur l'intelligence artificielle générative. Selon le dernier rapport de PitchBook, les fonds de capital-risque (VC) ont multiplié par 5 entre 2018 et 2022 leurs investissements dans ce segment de l'IA qui permet de générer du contenu (texte, son, image).

De 408 millions de dollars investis en 2018, les enchères sont montées en flèche à 4,8 milliards en 2021, puis 4,5 milliards de dollars en 2022. A la recherche du prochain ChatGPT, et stimulés par les annonces de Google, Facebook, et dernièrement Elon Musk de vouloir concurrencer la pépite rachetée par Microsoft, les VC ont injecté un peu plus de 1,6 milliard de dollars au 1er trimestre 2023 dans les start-up du secteur. Sans compter les transactions supplémentaires d'une valeur de 10,68 milliards annoncées au cours du trimestre mais qui ne sont pas encore bouclées, selon PitchBook. « Ce n'est pas encore un marché encombré, mais il devient de plus en plus compétitif », a expliqué Lu Zhang, fondatrice de la société de capital-risque Fusion Fund. Au cours du premier trimestre, le fonds a investi dans deux start-up d'IA générative qui ont levé en amorçage entre 5 et 15 millions de dollars. « La barrière à l'entrée est encore assez faible », a-t-elle ajouté. Les investisseurs privilégient notamment les « applications verticales », où l'IA générative est intégrée dans les services d'entreprise.

Une tendance sur laquelle surfent également les géants du cloud comme Amazon ou Alibaba. La division cloud de l'empire de Jeff Bezos vient d'annoncer le lancement de Bedrock, une offre qui donne accès à plusieurs applications d'IA génératives de start-up, telles que AI21 Labs (qui a développé Jurassic-2), Anthropic (et son chatbot Claude) ainsi que Stability AI (à l'origine du générateur d'images Stable Diffusion). Une offre qui permet notamment aux petites et moyennes entreprises, qui n'ont pas vocation à développer elles-mêmes des projets IA, d'exploiter les bénéfices de l'IA générative sans avoir à réaliser les énormes dépenses pour développer d'un « algorithme maison ».

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

A Davos, l'IA a occupé le coeur des débats

Nicolas Barré et Jean-Marc Vittori Deux sujets ont fait consensus cette année lors du Forum économique mondial de Davos : l'intelligence artificielle générative, qui va avoir des effets massifs sur le

bottom of page