top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Mes prévisions pour 2024

Michel Lévy-Provençal

A l'approche de chaque nouvelle année, je me prête au rituel des prédictions pour les mois à venir. Avant de me lancer dans mes anticipations pour 2024, revenons brièvement sur celles de 2023. J'avais identifié trois tendances majeures. La première concernait l'expansion de l'IA générative, avec une mention spéciale pour l'évolution des interfaces conversationnelles notamment chez Microsoft et Google. Mes prévisions étaient proches de la réalité : Bing et Bard, grâce à Gemini, ont adopté cette technologie, tandis que Microsoft Copilot et Google Duet oeuvrent à l'intégration de ce paradigme dans les outils du quotidien. Ma deuxième prédiction portait sur la métamorphose de Twitter en une super-application à l'image de WeChat. Il faut admettre que cette anticipation était quelque peu erronée. En effet, la plateforme, embourbée dans les controverses liées à Elon Musk, a du mal à se réinventer.

Ma troisième prédiction concernait le bannissement de TikTok en Europe et aux Etats-Unis. Elle s'est en partie réalisée. L'application a été effectivement interdite sur les appareils des fonctionnaires, élus et dirigeants politiques. Peut-être cette interdiction s'étendra-t-elle à l'ensemble des citoyens occidentaux l'année prochaine ?

Pour 2024, je prédis que la généralisation des usages de l'IA va provoquer trois grandes mutations. Premièrement, la transformation profonde des organisations. L'IA générative devrait s'implanter durablement dans le monde de l'entreprise, préparant le terrain à l'avènement de l'intelligence artificielle généralisée. Les entreprises devront revoir leurs processus et investir dans la formation de leurs collaborateurs pour rester dans la course. Cette année sera un tournant ; ceux qui auront anticipé cette mutation en récolteront les fruits en termes de productivité.

Deuxièmement : l'accélération inattendue de l'automatisation dans le monde réel. Les avancées dans les modèles de langage auront un impact sur la robotique. On peut s'attendre à des investissements significatifs et à des annonces de la part d'Amazon, Google et Tesla. Cette dernière est particulièrement bien placée avec sa plateforme Dojo, qui soutient ses ambitions pour les véhicules autonomes et le robot humanoïde Optimus. Tesla détient un avantage crucial grâce à la quantité de données d'interaction physique collectées par les capteurs de ses voitures. Cet atout pourrait s'avérer déterminant.

Enfin, j'anticipe en troisième prédiction l'émergence des premières applications à la croisée du numérique, des sciences cognitives et des biotechnologies. Une publication récente dans « Nature Electronics » a révélé que des chercheurs avaient réussi à entraîner des cellules cérébrales à l'aide de méthodes similaires à celles utilisées pour les réseaux de neurones, leur permettant d'accomplir des tâches de prédiction et de reconnaissance vocale. Ces systèmes bio-inspirés pourraient mener à une informatique d'une efficacité remarquable et à faible coût énergétique. La révolution bio-numérique est peut-être en train de voir le jour sous nos yeux, et l'année à venir pourrait marquer le début d'une ère nouvelle dans ce domaine.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

A Davos, l'IA a occupé le coeur des débats

Nicolas Barré et Jean-Marc Vittori Deux sujets ont fait consensus cette année lors du Forum économique mondial de Davos : l'intelligence artificielle générative, qui va avoir des effets massifs sur le

bottom of page