Rechercher
  • Thierry Bardy

Philippe Clément Senior Advisor for Strategic Innovation chez orange



27/03/2021 Cette semaine est presque intégralement consacrée aux services décentralisés basés sur des blockchain, actualité oblige. J’attire toutefois votre attention sur l’information n°1. Celle-ci démontre la montée en puissance de la souveraineté des objets, qui acquièrent leur légitimité d’une identité qui leur est propre. L’analogie avec la légitimité d’un humain acquise grâce à son identité est tout à fait pertinente, et les entreprises qui misent sur le développement de cette souveraineté des objets ont bien détecté tout le potentiel économique que l’on peut en tirer. D’autant plus que les relations entre humains et objets nécessitent également une légitimité…

1. Automobile, Un certificat de naissance basé sur la blockchain

Après Renault avec son projet XCeed, une initiative de différents partenaires automobiles et technologiques autour de BMW et Ford s’engage dans un projet visant à attribuer à chaque véhicule un passeport individuel ancré sur une blockchain. Les avantages sont innombrables, notamment sur la transparence des événements, la facilité d’accès et l’universalité des informations qui y figureront. Orange mentionne depuis 2017 dans ses présentations aux entreprises le formidable potentiel dégagé par l’utilisation des blockchains pour la sécurisation des supply chain par l’identification des objets et pour l’identité auto-souveraine des citoyens. Ce n’est donc désormais qu’une question de mois pour voir ces deux domaines enfin réunis autour de projets ouverts et participatifs.

2. Carrefour trace les textiles bio avec une blockchain

Carrefour nous avait ouvert la voie de la traçabilité des produits alimentaires il y a 2 ans en décrivant les différentes phases du cycle de vie d’un poulet vendu dans ses magasins. Grâce à un QR code sur l’emballage, l’ensemble du contexte de la naissance à l’abattage vous était ainsi présenté numériquement. Cette entreprise s’attaque désormais aux textiles bio, toujours avec son partenaire IBM, et présente désormais sur les produits vendus par la marque Tex Bio les gages d’une production sans OGM ni pesticides, et l’agriculture dans des fermes certifiées.

3. Infomaniak kMeet, La réponse suisse (et gratuite) à Zoom

Vous aviez découvert il y a 2 mois dans cette lettre l’existence d’un service de mail et de drive gratuit et éthique proposé par Infomaniak. Cette entreprise a également développé un service de visioconférence gratuit et illimité construit selon les mêmes principes d’Open Source (base : Jitsi) et de respect de la vie privée. A tester de toute urgence si la privacy vous semble un sujet incontournable.

4. Telefonica moves on IoT, blockchain integration

Un opérateur de téléphonie marie habilement les 3 disciplines IoT, 5G et Blockchain pour sécuriser le monde des objets connectés. En association avec un fournisseur de solutions IoT (Internet Of Things) et une startup spécialisée dans les blockchain, Telefonica vogue vers la certification des objets et surtout la garantie qu’un message envoyé par ou vers un objet n’a pas été altéré par un tiers.

5. Tendances 2021, La blockchain et le phénomène de la DeFi

Cette annonce dans le monde des blockchain publiques vaut que l’on s’y intéresse quelque peu. Ethereum, qui est à la fois une technologie de blockchain ouverte à tous et aussi une cryptomonnaie (l’Ether) a évolué jusqu’à ce jour sur une technologie de minage (enregistrement des transactions) basée sur des algorithmes mathématiques cryptographiques (POW) grands consommateurs d’énergie. Cette nouvelle blockchain Ethereum, appelée Beacon est amenée à changer ce mode de minage pour une approche (POS) beaucoup moins gourmande. De plus, grâce à l’adjonction future de chaines « compagnons », les fondateurs espèrent pouvoir monter la capacité de traitement jusqu’à 100 000 transactions par seconde, ce qui représente peu ou prou la bande passante du réseau international bancaire Mastercard ou Visa, références en la matière.

6. Tesla accepte désormais les paiements en bitcoin

Encore inimaginable il y a 2 ans, l’achat de biens physiques en bitcoins est désormais possible (aux US). Tsunami économique et politique, les banques sont désormais exclues de la transaction directe en bitcoins et celui-ci est désormais reconnu comme une monnaie universelle pour des transactions financières impliquant des particuliers.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Philippe Clément Senior Advisor for Strategic Innovation

Cette semaine j’attire votre attention sur l’information n°4. La biométrie oculaire, aussi appelée oculométrie, va débarquer dans nos vies numériques avec la montée en puissance des casques et lunette