• Thierry Bardy

ST Microelectronics met la capture d’images 3D à la portée des smartphones

Cette semaine, j’attire votre attention sur l’ information n°6. La prise de vue en 3D qui se faisait jusqu’alors par un double système de prise de vue stéréoscopique peut désormais s’effectuer à partir d’un seul capteur d’une résolution de 500000 pixels, nettement suffisant pour cartographier votre proche environnement à partir de votre smartphone et le modéliser en 3D pour une immersion fidèle en mode de réalité augmentée (AR).

Philippe Clément

Senior Advisor for Strategic Innovation


  1. 50 000 trojans bancaires Xenomorph installés depuis Google Play

Les applications mobiles du Play Store de Google sont parsemées de logiciels malveillants. C’est le cas de l’application « Fast Cleaner » qui abrite un cheval de Troie malveillant « Xenomorph », qui s’installe sur votre mobile. Celui-ci est à l’écoute de tous les événements passant par votre smartphone. Il est ainsi capable d’attaques « overlay » qui vous affichent des écran « simili » de votre banque pour vous soutirer les fameuses informations de connexion. Il ne s’arrête pas là puisqu’il est aussi capable d’intégrer les messages SMS de confirmation, et les notifications d’authentification à plusieurs facteurs (2FA). La parade ? une vigilance à toute épreuve, surtout lorsqu’une application vous demande l’autorisation du contrôle sur votre mobile. Vous répondez systématiquement oui à toute sollicitation de ce type sur votre smartphone ? Dans ce cas attendez-vous à des lendemains qui déchantent, surtout avec votre banque.

  1. En Ukraine, cyberattaques, désinformation et coupures d'Internet

A la fin de la première guerre mondiale, en 1918, l’aviation apparaissait comme une nouvelle force militaire pleine de promesses. Ce qui s’est confirmé lors de la 2eme guerre mondiale 39-45. La même chose est en train de se reproduire avec les cyberattaques. Il est en effet beaucoup plus efficace, sournois et moins coûteux de paralyser ou détruire les systèmes d’information d’un pays en l’envahissant numériquement et en semant la destruction dans ses systèmes d’informations. Ceci provoque des impacts conséquents pour les citoyens autant que pour les entreprises ou l’Etat. Le numérique n’a pas de frontières, du moins pour l’instant, et les actions à distance sont facilement rendues anonymes. C’est pourquoi les cyberattaques sont si faciles à mener. Il faut dorénavant compter sur les cyberarmes comme une 5e force militaire à part entière après les classiques terre, mer, air, espace.

  1. Les camions électriques Volta lèvent 230 millions d'euros

Le camion « Volta Zero » de 16 tonnes avec une autonomie de 200km sera produit en masse en Autriche à partir de fin 2022, grâce à cette levée de fonds prometteuse pour l’avenir des poids lourds de livraison. Les premiers véhicules devraient circuler à Londres et Paris grâce à des batteries fournies par une société californienne. Le poids lourd de Tesla est prévu quant à lui fin 2022. Sommes-nous à l’aube d’une diminution conséquente de la pollution dans les villes ? Les automobiles et les camions de livraison semblent en tous cas amorcer cette migration.

  1. Les victimes de ransomwares paient, mais les escrocs en redemandent

Victimes de l’insécurité numérique chronique et croissante, des entreprises attaquées par ces intrusions dans leur système d’informations paient parfois plusieurs fois une même rançon pour obtenir (ou pas) la fameuse clé de décryptage qui leur permettra de retrouver l’usage de leur système et de leurs données. 3 leviers sont utilisés par les pirates à partir d’un phishing traditionnel (vol de mots de passe par mail usurpant) : 1- Payez-nous X dollars pour obtenir la clé de décryptage 2- Payez-nous Y dollars pour que vos données ne se retrouvent pas en vente sur le dark web et 3- Payez-nous Z dollars pour que nous ne vous dénoncions pas aux autorités pour avoir dissimulé l’attaque à vos clients. Par rapport à ce système, les entreprises sont désemparées. Ne peut-on leur fournir un réseau propre de toute intrusion malhonnête ? y a-t-il seulement des travaux pour y arriver ?

  1. OpenSea veut permettre l'avènement du web des créateurs grâce aux NFT

L’explosion des NFT n’est pas un long fleuve tranquille. OpenSea, startup de la silicon valley et valorisée 13 milliards de dollars en fait les frais en reconnaissant que 80% des NFT créés sur sa plateforme sont issus d’opérations frauduleuses. Des NFT se sont fait dérober également, 200 millions se sont ainsi volatilisés sur cette plateforme, l’obligeant à dédommager les propriétaires en millions de dollars. L’aventure ne s’arrête pas pour autant, et OpenSea, grâce à sa stratégie d’ouverture sur la diversité des types de NFT hébergés leur permet d’être utilisés dans différentes situations (art, jeux vidéo, musique, sport). Cette place de marché virtuelle vient de lever 300 millions de dollars en janvier, et tend à renforcer le côté inexorable du positionnement des blockchain dans une approche (re)décentralisée de l’internet.

  1. ST Microelectronics met la capture d’images 3D à la portée des smartphones

Cette innovation de la société européenne STMicroelectronics ouvre la porte à une formidable accélération de la capture vidéo en 3D. Matérialisée sur un circuit capteur 3D de 0,5 million de pixels (672 x 804 pixels), cette innovation met la prise de vue 3D à la portée des simples appareils portatifs (lunettes AR/VR, smartphones…). Les cas d’usages sont nombreux : cartographie de pièces en intérieur, jeux vidéo, avatars en 3D, robotique domestique, détection et cartographie d’obstacles. Des améliorations également en prises de vue par l’ajout de fonctionnalités photo ou vidéo (effet Bokeh ou flou d’arrière-plan, sélection automatique de la caméra, segmentation vidéo, etc.). On pense également à l’authentification faciale pour le déverrouillage du téléphone ou le paiement via smartphone, et plus généralement les transactions sécurisées ou le contrôle d’accès.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Emmanuel Combe La disparité de performance entre Apple et Facebook invite à s'interroger sur l'usage de termes englobants comme « Gafam » ou « géants du numérique ». Apple qui rit, Facebook qui pleure