• Thierry Bardy

Usage du métavers, premier bilan pour Carrefour qui explique sa méthode


Cette semaine, j’attire votre attention sur l’ information n°3. Un système de vote décentralisé motorisé par une blockchain, issu d’une startup française, vient de recevoir sa validation CNIL pour le plus haut niveau de sécurité. Déjà utilisable pour des votes locaux (assemblées générales, entreprises…) il n’attend plus qu’une adaptation réglementaire pour permettre son exploitation en France pour les élections nationales…

Philippe Clément Senior Advisor for Strategic Innovation

  1. Beaugrenelle est le premier centre commercial à accepter le paiement en cryptomonnaies

Je vous l’accorde, ce n’est pas encore aussi facile qu’un paiement en carte bancaire ! Mais la performance est remarquable : grâce à l’application lyzi, vous pouvez acheter une carte cadeau Beaugrenelle avec une des 21 cryptomonnaies les plus usitées, et le tour est joué ! Il suffit ensuite de présenter un QR code à l’une des enseignes du centre commercial pour que le paiement soit effectué. Un moyen d’écouler les cryptomonnaies ?

  1. Google défend sa vision de la réalité virtuelle face au métavers cher à Facebook

Dans les mondes virtuels ou augmentés, les visions se suivent, mais ne se ressemblent pas. Là où Meta (Ex facebook) y voit des mondes numériques construits de toutes pièces dans lesquels nous déambulerons en immersion, Alphabet (maison mère de Google) y voit plutôt des cas d’usage de la vie courante « augmentés » par une surimpression de données utiles au contexte. Exemple : vous devez vous rendre à une adresse précise en ville, vous chaussez les nouvelles lunettes Google (et oui, le retour !) et celles-ci vous indiquent en temps réel le chemin à suivre. Une seule vision survivra-t-elle, ou serons-nous encore une fois devant une pléthore de terminaux différents pour goûter à la 3eme dimension ?

  1. Pour la première fois, un système de vote en ligne basé sur la blockchain est validé par la CNIL

Initié chez Orange, ce projet n’a pu ouvrir complètement ses ailes qu’au sein d’une startup dont son fondateur Guillaume ODRIOSOLO (ex-Orange) nous confie ici le premier produit : le service de vote sur blockchain, validé par la CNIL pour le niveau le plus haut de sécurité. Celui-ci s’appuie principalement sur une blockchain (Ethereum) et des brevets en matière de cryptographie pour garantir la sécurité et l’inviolabilité des votes enregistrés. Ce service peut être considéré comme une urne transparente, et toutes les vérifications peuvent être réalisées pour prouver l’existence d’un vote ou encore sa prise en compte dans le scrutin final. Longue vie à V8te !

  1. Usage du métavers, premier bilan pour Carrefour qui explique sa méthode

Carrefour applique l’adage : Pour savoir la destination d’un train, il vaut mieux être dedans quand il part plutôt que de discuter sur le quai d’hypothétiques destinations en le regardant partir. En d’autres termes, Carrefour prend le risque en embarquant dans le train des métavers d’avancer dans l’inconnu des choses non maîtrisées, dans un environnement indéterministe. Son premier objectif : comprendre les attentes s’il en existe. A ces fins, l’entreprise achète un terrain dans le métavers Sandbox, mène une opération de recrutement changeant complètement les clés des entretiens d’embauche, vend des NFT de fruits et légumes. En attendant, Carrefour engrange des informations importantes sur les possibles destinations du train…

  1. Verkor, le pionnier français de la batterie propre

Elle est dite « propre » parce qu’au bout de 15 ou 20 ans d’utilisation, chaque molécule de lithium ou de Cobalt est intacte et peut, selon les dires de son dirigeant, être de nouveau extraite pour être réutilisée. Les gigafactories à batteries s’installent dont en France, la dernière de Verkor étant prévue sur le port de Dunkerque pour produire une capacité de 16GWh à partir de 2025, et 50GWh en 2030. Avec les 2 autres gigafactories prévues à Douai (par Envision) et à Douvrin (Stellantis-Total/Saft), Verkor participe à la structuration de la filière des batteries en France et à la reconversion des emplois. 1200 emplois directs sont prévus à Dunkerque, et 3000 emplois indirects.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Paul MolgaCorrespondant à Marseille Le centre de formation au numérique de cadres du CAC40 peine à atteindre ses objectifs. Impossible de redresser la barre. Malgré la restructuration financière qu'il