top of page

2022 - ATELIER 3

la virtualisation du monde
(métavers/jumeaux numériques, NFT, Web3)

1280-web-2021-09-09-Les-Mureaux-plaque-du-campus-Oxygène-factory.jpg
IMG_6183.PNG
oxygenefactory-vue-exterieure-2.jpg

Etude Accenture à télécharger  ici >>

À bientôt dans le métavers
Le continuum de la technologie et de l’expérience qui redessine l’entreprise




What are the fundamentals of Web3?
Etude Mc Kinsey

 C'est une première pour le club, nous organisons le 20 et 21 octobre prochain  un workshop de 2 jours au vert pour synthétiser tous nos travaux précédents et définir ensemble le contour de notre "position paper" sur la virtualisation du monde de demain , thème de notre Expédition 2022.
 

Au milieu du parc boisé de Bécheville, à quelques kilomètres des grands sites industriels de la Vallée de Seine (Airbus, Renault, PSA…), Oxygène factory est situé sur un terrain de 17 hectares, il a été pendant 30 ans le centre national de formation des cadres d’EDF.

Il est aujourd’hui la propriété du Conseil départemental des Yvelines qui, depuis septembre 2016, l’a mis à disposition des entreprises afin qu’elles puissent accueillir leurs collaborateurs en formation, en séminaire ou dans le cadre d’événements corporate.

Le site a acquis une valeur symbolique que beaucoup lui reconnaissent. Il s’agit en quelque sorte d’un vrai patrimoine culturel, non pas monumentalisé mais vivant…. A manipuler avec précaution ! L’architecture n’a fait ici que servir l’Histoire, mais c’est aussi l’histoire qui est belle.

Oxygène Factory va nous offrir un cadre idéal pour réflechir ensemble à la virtualisation du Monde de demain ...

Un article de Méta-Média sur la "timeline" du Métavers :

https://www.meta-media.fr/2022/09/10/la-ligne-du-temps-du-metavers.html

 :

Il est l’heure de “The Merge” pour Ethereum - La blockchain Ethereum va subir une importante mise à jour qui promet de réduire de 99,9% sa production énergétique, le tout en fusionnant avec une autre blockchain afin de modifier la manière dont les transactions et les jetons sont créés. Au-delà de la promesse d’une augmentation des capacités de production, cette transition du Proof-of-Work (PoW) au Proof-of-Stake (PoS) est aussi une réponse vis-à-vis des critiques sur la consommation énergétique des crypto-monnaies

Cette fusion entre les blockchains, surnommée “The Merge” représente un moment historique pour le secteur cryptographique, qui représente 1 000 milliards de dollars. Pour les partisans d’Ethereum, la fusion rendra cette dernière plus accessible en termes de prix et de facilité d'utilisation, en faisant un adversaire de taille du Bitcoin. The Merge, attendu autour du 15 septembre, suscite aussi son lot de critiques. Pour les opposants à cette mutation, la Proof-of-Stake va à l’encontre d’un réseau pair à pair distribué équitablement. Ce système reposant sur la preuve de possession de crypto-monnaie, il sera alors nécessaire de mettre sous séquestre 32 ethers pour participer à la validation des blocs, soit environ 50 000€. 

Bien que le succès de The Merge reste à confirmer avec le temps, c’est la promesse d’une industrie de la crypto possiblement un peu plus “sobre” énergétiquement. Pour rappel, avec une consommation annuelle de 86,6 térawattheures (TWh), le réseau bitcoin se compare à celui d’une grande ville, comme Los Angeles.

Les univers virtuels sont quasiment dépeuplés

 

Thomas Pontiroli
 

Malgré leur valorisation importante, les principaux métavers utilisant la blockchain ont une audience anecdotique.

« Decentraland, 1,3 milliard de dollars et 38 utilisateurs actifs quotidiens. » C'est avec ce titre assassin que le média spécialisé CoinDesk pose la question de la vacuité des métavers. Pour son concurrent The Sandbox, à la valorisation proche, le bilan serait à peine mieux avec 522 personnes sur 24 heures. Les deux plateformes ont vite réagi pour tenter de réhabiliter leur audience.

The Sandbox, qui concentre ses utilisateurs sur des périodes de quelques semaines pour maximiser son audience (avant de tout refermer entre ses différentes « saisons »), fait état de 39.000 visiteurs uniques par jour et de 201.000 utilisateurs par mois. Decentraland, de son côté, communique sur 56.697 utilisateurs actifs mensuels. Pour tenter d'appréhender ces chiffres, The Sandbox attirerait autant de monde chaque mois qu'un média B to B (selon l'ACPM) tel qu'Acteurspublics.com et Decentraland, lui, dépasserait à peine Cardiologie-pratique.com.

Deux méthodes pour un même bilan

Ces chiffres diffèrent de ceux de CoinDesk car ils font état du trafic observé dans ces mondes virtuels, tandis que le média américain se base sur les transactions réalisées dans ces métavers (mesurées par DappRadar). Cette méthodologie vise à refléter l'appétence des utilisateurs pour ce qui est central dans ces plateformes reposant sur la blockchain : le nombre d'achats de NFT. DappRadar vient de revoir sa méthode de calcul pour Decentraland, estimant qu'elle était lacunaire. Sur 24 heures, on obtient désormais 3.400 opérations. Pour The Sandbox (pour qui la méthode n'a pas changé), c'est 254…

Cependant, cette méthode est incomplète. Comme l'a expliqué le PDG de The Sandbox, Arthur Madrid, « cela revient à mesurer la fréquentation d'un centre commercial en se basant sur les passages en caisse ». Mais là n'est plus le débat. Car dans les deux cas, « ces chiffres ne sont pas à la hauteur des promesses », relève un très bon connaisseur, et « sont révélateurs de mauvais produits ». Après une année de battage, tout ça pour ça ?

« Ces métavers reposant sur une blockchain sont liés aux cycles du marché cryptos, en plein 'bear market' depuis plusieurs mois », tempère Guillaume Delacroix, consultant chez Havas Blockchain. Concernant The Sandbox, « la plateforme est encore en version alpha, et donc en plein développement », nuance-t-il encore, avant de conclure que ces métavers « sont victimes d'un buzz avant tout provoqué par Meta et des marques qui ont eu peur de passer à côté de quelque chose ».

Une expérience trop pauvre

Il y a quand même le problème de l'expérience. Alors que Decentraland est un réceptacle de marques voulant créer leur showroom dans le métavers, The Sandbox se montre plus soucieux d'équilibrer les forces entre annonceurs et licences, telles que les Schtroumpfs, The Walking Dead ou Snoop Dogg. Ces mondes proposent tous une expérience de jeu, mais elle est toujours la même : collecter des gemmes sous forme de NFT donnant droit à des bonus.

Signe d'espoir pour le concept de métavers, toutefois, les jeux vidéo en ligne que l'on qualifie désormais de la sorte comme Roblox, Minecraft ou Fortnite, n'en finissent pas d'amasser une audience fidèle.

AT13.png
AT14.png
ATELI5.png

Titre 2

bottom of page