top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

À l’aube d’une nouvelle Renaissance


Prospective | Par Mathieu Baudin, directeur de l’Institut des Futurs souhaitables.

Nous vivons une grande métamorphose. Une période aussi structurante, peut-être, que le néolithique, avec la sédentarisation de l’humain voici 12 000 ans. Nous tournons aujourd’hui la page d’un système à bout de souffle, d’une période « contemporaine » portée depuis trop longtemps par une soif de croissance infinie dans un monde aux ressources limitées. Un paradoxe intenable, alors même que la Terre abritera plus de neuf milliards d’individus à l’horizon 2050. L’économie productiviste, extractive et carbonée de la révolution industrielle ne peut plus servir de modèle. Cette grande métamorphose nous engage. Elle nous oblige à imaginer un nouvel espace-temps, à repenser notre modèle de développement, ainsi que le vivre ensemble, qui en est sa finalité. Bonne nouvelle, la France regorge de talents, d’individus, de collectifs, d’entreprises, tous porteurs d’initiatives prometteuses dans nombre de domaines à venir. Cet élan doit nous porter comme nous devons porter cet élan. « L’avenir ne se prévoit pas », écrivait le philosophe Maurice Blondel. « Il se prépare », en orientant notre présent vers une vision partagée de nos futurs souhaitables. « Nul vent favorable pour celui qui ne sait où il va », affirmait Sénèque. Il est temps de se fixer collectivement des horizons. Il est temps de reconsidérer notre place dans le vivant, temps de remettre l’humain et ses activités à leur juste place, temps de prendre au sérieux nos rêves et d’en faire une stratégie, temps d’inventer un destin inclusif auquel chacune et chacun peut prendre part. Comment ? En abandonnant ce que nous ne voulons plus ; en améliorant ce qui peut l’être ; en expérimentant des choses nouvelles qui contribuent au mieux. Cela suppose une bonne dose d’optimisme et d’action. Énergie qui semble ne pas manquer à France 2030 et son ambitieux programme d’innovations son ambitieux programme d’innovations et d’expérimentations à grande échelle, qui remet enfin le temps long en perspective. Parce qu’il nous pousse à agir plutôt qu’à subir, ce désir peut devenir l’un des vaisseaux de notre nouvelle Renaissance, à l’image de ce grand mouvement de civilisation qui a façonné l’Europe du XVe siècle, marquée par une frénésie créatrice et de violentes crises. Notre chance, contrairement aux femmes et aux hommes de la Renaissance, est d’avoir parfaitement conscience de cette grande métamorphose qui se joue sous nos yeux, et de pouvoir toutes et tous, à notre niveau, y contribuer. L’ÉCONOMIE PRODUCTIVISTE, EXTRACTIVE ET CARBONÉE DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE NE PEUT PLUS SERVIR DE MODÈLE. Mathieu Baudin, directeur de l’Institut des Futurs souhaitables.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

Comentarios


bottom of page