top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Apprivoiser le temps


Qu'est-ce que le temps ? Et comment bien l'utiliser ? C'est à ces questions de fond que le patron d'AG2R La Mondiale répond dans ce livre dense et pédagogique.

L'idée de ce livre, Bruno Angles l'a eue pendant le confinement du printemps 2020. Lui, le banquier au planning minuté, toujours pressé, se retrouve d'un coup à l'arrêt, stoppé dans sa course. Conscient du rôle clé joué par le temps pour freiner la circulation du virus, puis vacciner le plus vite possible, ce polytechnicien à la solide culture classique décide alors d'entamer un voyage dans le temps. Pas à la manière d'un H. G. Wells en quête d'aventures dans le passé ou le futur, mais à la façon d'un voyageur immobile désireux d'explorer les multiples facettes de ce trésor universel. Il en ressort un essai revigorant qui questionne notre usage du temps, la perception de son écoulement et les sentiments que ce mouvement inéluctable suscite. En bon polytechnicien, Bruno Angles se livre à un examen minutieux de cet objet insaisissable. Mais son ambition est aussi de proposer au lecteur un guide d'apprentissage pour l'aider à mieux maîtriser les grains du sablier et à en optimiser les inépuisables ressources. Un livre de réflexion et d'action qui renvoie chacun à son propre rapport au temps. Extraits.

Premières mesures :                         « Aux premiers âges de l'histoire, certains 'outils' de repérage dans le temps sont spectaculaires. C'est le cas du             complexe mégalithique de Stonehenge  : il y a deux ou trois mille ans, les ancêtres des Celtes qui peuplaient la Grande-Bretagne avant l'ère chrétienne y dressèrent de gigantesques pierres dans un ordre leur permettant de déterminer les solstices d'hiver et d'été. A la même époque, les Egyptiens sont bien plus avancés et connaissent déjà l'écriture, qui est une première manière de figer le temps : verba volant, scripta manent. Ils savent aussi le mesurer à une échelle quotidienne : après s'être servis, dès 3500 av. J.-C., de l'ombre des obélisques pour estimer l'avancée du jour, ils inventent le cadran solaire à dix sections vers 1500 av. J.-C. »


Arme de négociation : « La littérature publiée par le PON (Program On Negotiation de Harvard) sur le temps dans les négociations est considérable. Elle s'intéresse en particulier aux différentes manières d'envisager le temps selon les cultures : dans une discussion, il ne joue pas le même rôle selon qu'on est français, nigérian, chinois ou qatari. Les Occidentaux ont tendance à se focaliser sur le 'temps de l'horloge', qui se mesure en heures et en minutes, tandis que les Moyen-Orientaux, par exemple, sont surtout sensibles au 'temps de l'événement', c'est-à-dire celui qui correspond à la durée pour exécuter telle tâche ou parcourir telle distance. »

                               Des temps successifs :                                                   « Chaque chose en son temps, c'est, à mes yeux, bien plus qu'une invitation à trier les opportunités ou à hiérarchiser les priorités - c'est cela, bien sûr, mais c'est aussi, et peut-être surtout, une exhortation à respecter l''intégrité temporelle' et la nature propre, des multiples volets de la vie. L'existence est remplie de mille tâches, mille activités qui impliquent mille temporalités différentes et spécifiques. Ce que je veux ou dois faire de mon temps varie selon les enjeux, les objectifs, les personnes côtoyées. Ainsi, notre temps se répartit entre vie biologique, vie psychique, vie intellectuelle, vie spirituelle, vie amoureuse, vie familiale, vie professionnelle, vie sociale, vie citoyenne, etc. »

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

A Davos, l'IA a occupé le coeur des débats

Nicolas Barré et Jean-Marc Vittori Deux sujets ont fait consensus cette année lors du Forum économique mondial de Davos : l'intelligence artificielle générative, qui va avoir des effets massifs sur le

bottom of page