top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Avec GPT-4, OpenAI veut creuser l'écart dans la révolution de l'IA

Hortense Goulard Correspondante les Echos à San Francisco


Le laboratoire californien lance une version plus performante de ChatGPT. Ce modèle est également plus secret et payant.

Quatre mois après le lancement très remarqué du robot conversationnel ChatGPT, OpenAI vient de lancer GPT-4, son modèle de langage nouvelle génération. Ses capacités surpassent celles du modèle précédent, promet l'entreprise située à San Francisco. GPT-4 sera utilisé par le plus grand nombre de gens en tant que moteur d'une nouvelle version payante de ChatGPT, qui était basé sur GPT-3.5 lorsqu'il a été ouvert au grand public. La nouvelle version sera également sur Bing, le moteur de recherche de Microsoft, qui finance OpenAI, et mise à disposition d'entreprises voulant l'utiliser.

En ouvrant ChatGPT en novembre, la start-up a bénéficié de précieux retours d'expérience. OpenAI assure notamment que le nouveau modèle de langage est moins susceptible d'être manipulé par des utilisateurs cherchant à lui faire recracher des informations dangereuses ou offensantes. « Selon nos évaluations internes, les réponses de GPT-4 ont 40 % de moins de chance de contenir des erreurs factuelles que celles de GPT-3.5 », assure l'entreprise californienne. Les larges modèles de langage - dont ceux d'OpenAI, mais aussi de Google ou de Facebook - ont tendance à inventer des faits lorsqu'ils ne connaissent pas la réponse à une question. GPT-4 doit encore faire ses preuves sur ce plan.

Ce nouveau modèle a appris à être plus précis. Il répond correctement à des questions pour lesquelles son ancêtre GPT-3.5 n'avait pas de réponse satisfaisante. Le chercheur en IA Chris Nicholson lui a demandé d'élaborer une méthode basique pour apprendre l'espagnol, par exemple. Le résultat avec le nouveau chatbot était bien meilleur qu'avec le précédent, selon lui.

Il a aussi acquis de nouvelles capacités, comme celle d'analyser des images et d'en tirer des conclusions. OpenAI explique ainsi qu'il sera possible d'envoyer une image de son réfrigérateur plein à l'intelligence artificielle et de lui demander d'écrire un menu qui permette d'utiliser tous les ingrédients. Une start-up, Be My Eyes​, compte s'en servir pour aider des personnes malvoyantes à visualiser le contenu d'une image.

Fin de la transparence

Selon un rapport publié par OpenAI, l'intelligence artificielle obtient des résultats impressionnants à plusieurs examens, dont l'examen d'entrée au barreau (LSAT aux Etats-Unis) ou bien celui qui permet d'intégrer les prestigieuses universités de l'Ivy League, situées sur la côte Est. « Par exemple, à un examen simulé du barreau, GPT-4 parvient à se classer parmi les meilleurs 10 % d'étudiants. GPT-3.5, quant à lui, faisait partie des 10 % les moins bons », écrit l'entreprise.

A ses origines, OpenAI était une fondation qui voulait se consacrer à la recherche en intelligence artificielle dans le but d'en faire bénéficier « toute l'humanité ». Mérite-t-elle encore son nom ? « Etant donné l'environnement concurrentiel et les implications d'un modèle de grande taille tel que GPT-4, ce rapport ne contient aucun autre détail sur l'architecture (dont la taille du modèle), le hardware employé, la puissance de calcul, la construction de la base de données, la méthode utilisée pour l'entraînement, etc. », assume l'entreprise, officiellement pour éviter des usages « malveillants ».

Cette moindre ouverture de la part d'OpenAI fait qu'il est difficile de voir les grandes innovations de GPT-4, note Laurent Daudet, cofondateur de LightOn, un éditeur de modèles de langage. Ce spécialiste se dit toutefois « impressionné par le surcroît de puissance de l'outil » et fait remarquer que « lorsque le taux d'erreurs baisse, les mises en application concrètes se multiplient ».

Un abonnement à 20 dollars

A la différence de ChatGPT qui était accessible à tous gratuitement, GPT-4 est disponible seulement via un abonnement à 20 dollars par mois (sans l'analyse d'images). Pour les développeurs souhaitant l'utiliser sous la forme de flux de données (API), une liste d'attente est en place. OpenAI facturera environ 0,03 dollar pour 1.000 « tokens d'invite » (soit environ 750 mots contenus dans la question), et 0,06 dollar pour 1.000 jetons d'« achèvement » (soit environ 750 mots de réponse).

Parce qu'il a été entraîné sur des quantités de données encore plus importantes que son prédécesseur, le nouveau modèle d'OpenAI augmentera les coûts de l'entreprise, comme le souligne le « New York Times ». Mira Murati, directrice de la technologie de la société, a déclaré qu'ils pourraient restreindre l'accès au service si celui-ci générait trop de trafic.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

Comments


bottom of page