top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

IA générative : du buzz ? Non, une révolution !



Sylvain Duranton


Les IA génératives, dont ChatGPT, fascinent et inquiètent à la fois par leurs capacités exceptionnelles. Il ne s'agit pas de simples outils. C'est bien plus que cela.

ChatGPT et les autres IA génératives ont créé, lors des dernières semaines, un buzz dix fois supérieur à ce que l'on avait observé il y a deux ans avec le métavers. Elles ont réveillé le mythe de l'omniscience, capables d‘écrire des articles - et même une fausse interview de Michael Schumacher ; des musiques - comme la fausse chanson de Drake et The Weeknd ; de passer un MBA ou une capacité d'avocat, etc.

Mais quid des entreprises ? Le buzz est bien là, les comités de direction s'arrachent les réunions avec les équipes des start-up des IA génératives en vue. Suite à la démonstration des prouesses de différents modèles - répondre à des questions-défis type Trivial Pursuit, calculer un taux d'impôt marginal personnalisé, faire parler un participant dans toutes les langues - l'auditoire est convaincu qu'il s'agit bien d'une révolution en passe de changer radicalement les modes de fonctionnement des entreprises.

Des offres ultra-personnalisées

Cette transformation va s'opérer à trois niveaux. Tout d'abord, les outils du quotidien des équipes vont passer en mode « survitaminé » pour la recherche d'informations, la rédaction de documents, la réalisation et la synthèse d'interviews, la préparation de présentations, etc. De beaux enjeux qui vont occuper les directeurs des ressources humaines et les directeurs informatiques dans les années à venir.

Ensuite, certaines fonctions vont connaître une transformation radicale, comme les services clients, les ventes, le marketing et le développement informatique. Prenons la fonction vente. La puissance des IA génératives permet d'ultra-personnaliser les offres, de générer automatiquement des contrats et des contenus promotionnels pour chaque client et même d'assurer que ces offres respectent les critères de risques (« compliance »). Les banques sont parmi les premières à déployer ce type d'outils à l'échelle avec des gains d'efficacité et d'efficience de l'ordre de 400 %. Idem pour le marketing où la création de contenus (briefs agence, textes et visuels des campagnes, etc.) sera accélérée de 5 à 10 fois. Y aura-t-il moins d'effectifs demain dans ces fonctions ? Pas facile à dire. Le nombre de campagnes marketing va exploser, mais les équipes seront plus productives. Difficile de prédire le point d'équilibre.

Enfin, les IA génératives sont l'opportunité de créer une nouvelle génération de « licornes » dans des domaines comme la R&D, la compréhension des évolutions des attentes des consommateurs ou encore les stratégies d'investissement financières. Dans la pharmacie, les IA génératives permettent d'identifier de nouveaux principes actifs sur la base de la codification et de l'analyse de plusieurs dizaines d'années de recherche médicale.

Dans le monde des semi-conducteurs, ces nouvelles IA proposent en « prompt engineering » des designs de semi-conducteurs à partir des objectifs et contraintes (rapport puissance/taille par exemple) communiqués par les ingénieurs. Elles rendent caduques les techniques d'études de marché traditionnelles par leur capacité à analyser et synthétiser « en français » des masses d'informations considérables. Des hedge funds ont commencé à utiliser ces nouvelles IA pour identifier avant les autres les tendances de marché sur lesquelles parier.

Il s'agit bien d‘une révolution ! Tout n'est pas calé : le coût de l'utilisation de ces modèles reste incertain, la liste des technologies gagnantes va encore évoluer, mais en tout cas, les entreprises qui déploieront des IA génératives à l'échelle avant les autres prendront un temps d'avance qu'il sera difficile de rattraper.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

Comments


bottom of page