• Thierry Bardy

Climat, la transition énergétique est trop lente, s'alarme l'AIE

Cette semaine j’attire votre attention sur les informations n°2 et 4, toutes 2 confirmant la montée en puissance de l’insécurité numérique, contre laquelle hélas le renforcement des murs de la citadelle ne pourrait suffire à contrer les attaques de plus en plus puissantes et nombreuses.

Philippe Clément

Senior Advisor for Strategic Innovation


1. Climat, la transition énergétique est trop lente, s'alarme l'AIE

Les rapports du GIEC et de l’AIE constatent que les efforts qui étaient demandés ces dernières années pour contrer l’évolution climatique n’ont pas été au rendez-vous, et il en est de même pour la transition énergétique. Les investissements dans des projets énergétiques décarbonnés ne sont pas à la hauteur des ambitions pour atteindre une neutralité carbone en 2050, et devraient tripler dans les 10 ans pour rattraper les objectifs. Nos entreprises vont donc devoir se préparer plus rapidement aux conséquences des dérèglements climatiques, et renforcer drastiquement leurs équipes de prospective et innovation pour traverser ces quelques décennies à venir. Les énergies fossiles telles que pétrole, gaz et charbon forment toujours 80 % de la consommation finale d'énergie, générant trois quarts du dérèglement climatique, et la résistance au changement est plus forte que la vision à moyen terme.

2. Cyberassurance, un rapport parlementaire veut interdire le paiement des cyber-rançons

Nous l’évoquions récemment, le coût de la cyber sécurité monte en flèche, à tel point que le régulateur s’empare du sujet pour réguler le domaine assurantiel des risques cyber. Dans le package, l’interdiction de paiements de rançons car il se murmure dans les coulisses que des assureurs paieraient les rançons pour permettre à leurs clients de réduire les impacts d’une absence de production. Le seul problème est que cette pratique a fortement encouragé la multiplication des attaques. Le volume des primes d’assurance a augmenté de 49% en 2020 (à 130 millions d'euros), le montant des indemnisations versées a, lui, été multiplié par 3 (à 217 millions d'euros en 2020). Il n’en reste pas moins que cela demeure une mesure très temporaire, la capacité d’une entreprise à payer des assurances ne peut pas croître indéfiniment, la réforme de notre réseau Internet devient inévitable.

3. Nucléaire, la France parie sur les mini-réacteurs SMR

Les fans de science-fiction se souviennent de cette séquence de « Terminator » où le héros (robot) se débarrasse en voiture d’une pile défaillante représentant sa source d’énergie, laissant apparaître dans le rétroviseur du véhicule un mini champignon atomique. La miniaturisation de l’énergie atomique semble avoir pris le chemin de ces nouvelles centrales, dont le plus petit modèle capable de produire 50 MW remplacerait une cinquantaine d’éoliennes. Nous sommes donc à l’aube d’une décentralisation de la production d’énergie atomique, et d’une relocalisation de cette énergie sur les territoires au plus près des besoins et usages. Militaires, spatial, industries très gourmandes en électricité (pétrochimie, bitumineux, gros ports…) et pourquoi pas des collectivités territoriales avec la responsabilisation sur les risques locaux sont les nouveaux marchés et opportunités que toutes les entreprises doivent avoir désormais dans leur plan stratégique, car cette décentralisation va réorganiser les structures en place.

4. Plan de relance, 136 millions pour la cybersécurité, et après...

Quand une forêt brûle, on essaye d’abord d’éteindre l’incendie en toute urgence. Mais vient fatalement ensuite le temps des questions et de la recherche des causes originelles. Sauf qu’en matière de cybersécurité, cette investigation pourrait tout aussi bien se dérouler avant les catastrophes. 136 millions pour équiper les opérateurs publics de logiciels ou d’équipements de protection cyber n’éludent pas la progression en nombre et en complexité des attaques cyber. Le fusil doit changer d’épaule, la protection des citadelles contre les armes ennemies en renforçant les murs ne peut durer indéfiniment. D’autres programmes voient le jour pour restaurer la confiance dans les réseaux, faute desquels les coûts de la cyberdéfense continueront à exploser.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

J’attire par ailleurs votre attention sur l’ information n°2. Les constructeurs automobiles français (Renault, Stellantis…) s’adossent à des GAFAM pour leur permettre d’installer leurs services numéri

Cette semaine, j’attire votre attention sur l’ information n°5. Un jumeau numérique de la cathédrale Notre-Dame est en cours de construction. Il rend déjà des services et les futurs usages sont en cou