top of page
  • Thierry Bardy

Pourquoi Amazon et Apple se lancent dans l'assurance et la finance ?


Eve Renaud-Chouraqui et Rebecca Käppner du cabinet Haas Alors que les GAFAM s’étaient récemment imposés dans le marché de l’E-santé avec le lancement de « Google Fit » par Google en 2019 ou encore celui de l’« Azure Health Bot » par Microsoft en 2021, les géants du numérique viennent désormais s’attaquer au secteur (pourtant très régulé) des banques et des assurances. L’assurance-habitation Amazon et le compte épargne rémunéré Apple Avec le « Amazon insurance store » le géant américain vient en effet s’immiscer dans le domaine de l’assurance habitation, en comparant en ligne les tarifs proposés par les assureurs. Qu'est-ce que l'assurance habitation Amazon ? Si Amazon a déjà rassemblé trois partenaires, tels que Ageas UK, Co-op ou encore Allianz, le géant du numérique compte en rallier encore plus afin d’offrir un large choix à ses nombreux utilisateurs quotidiens. Les clients de sa plateforme devront alors se connecter à leur compte Amazon, remplir un questionnaire permettant d’identifier leurs besoins et choisir la police d’assurance qui leur convient. Un niveau de couverture de base qui couvre les sinistres les plus courants en matière d’assurance habitation est cependant déjà prévu par la plateforme. Après l’achat en ligne de sa police d’assurance, l’utilisateur pourra accéder à la police qu’il a souscrite, la renouveler ou encore modifier certaines de ses informations personnelles, telles que ses données bancaires. Dans un souci de transparence, la plateforme indique montrer également les notes et avis donnés par les clients au service, ainsi que les taux d’acceptation des réclamations afin que ces derniers puissent prendre une décision en toute connaissance de cause. Comment fonctionne le compte épargne rémunéré d'Apple ? De son côté, Apple a annoncé ouvrir la possibilité, pour certains de ses clients américains détenteurs de l’Apple Card, de créer un compte épargne rémunéré. C’est un partenariat avec Goldman Sachs, leader mondial de la banque d'investissement qui permet à Apple de proposer ce service à ses utilisateurs. Ces derniers pourront alors accumuler sur ce compte leur « Daily Cash » leur permettant par la même occasion d’augmenter leurs récompenses dans l’Apple Wallet. Selon Apple, ce service devrait, à terme, permettre d’effectuer des dépenses, des transactions ou encore de gérer leurs économies directement depuis leur « Wallet ». Cette possibilité d’accumuler, de manière illimitée, du « Daily Cash » semble séduire les utilisateurs de l’Apple Card. Ces derniers peuvent en effet obtenir jusqu’à 3% de « Daily Cash », s’ils privilégient certains marchands comme Uber, Uber Eats et Nike. Il paraît cependant nécessaire de préciser que, si le partenariat d’Apple avec Goldman Sachs a eu un certain succès, Google et Amazon ont dû renoncer à leurs ambitions dans la finance. En effet, si Amazon s’était associée à JP Morgan et Berkshire Hathaway pour lancer un système alternatif de prise en charge des soins de santé pour leurs employés (nommé « Haven »), ce dernier a pris fin au mois de février 2021. Google avait également pour projet de lancer un compte courant avec la banque Citigroup, avant de renoncer à son offre bancaire pour miser « sur la prestation numérique aux banques et autres sociétés ». Les données des utilisateurs dans le viseur de l'assurance d'Amazon et du compte épargne d'Apple Au travers de la diversification de leurs services (permise grâce à leur positionnement sur leurs marchés principaux d’intervention), les GAFAM parviennent à collecter toujours plus de données personnelles de leurs utilisateurs. Cette collecte n’est pas sans conséquence, eu égard à la réglementation à venir avec le Paquet numérique européen et notamment le Digital Market Act (DMA) qui cherche à placer sous contrainte les plateformes considérées comme contrôleurs d’accès (dont font partie les GAFAM), notamment concernant la collecte et l’utilisation des données personnelles (et non personnelles). Il est clairement établi que cette collecte massive de données permet aux GAFAM de consolider leur position sur les marchés en verrouillant leurs utilisateurs et en créant des barrières à l’entrée pour les nouveaux acteurs. La collecte massive des données des utilisateurs est au cœur d’un débat actuel sur l’influence de la privacy sur le droit de la concurrence. Les procédures en cours contre META sur la collecte non transparente/illicite des données personnelles de ses utilisateurs sont le témoin de l’influence réelle de la privacy sur la position concurrentielle des géants du numérique. Toute entreprise souhaitant utiliser les données personnelles collectées au travers de sa plateforme doit porter un soin particulier :

  • Au respect des règles posées par le RGPD;

  • A l’influence éventuelle de cette collecte et utilisation sur sa position sur le marché.

La mise en place d’une gouvernance des données permettant de cartographier les données, définir une stratégie les concernant et déployer une gouvernance des données appropriée apparait fondamentale. Auteur Eve Renaud-Chouraqui

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Laurance N'Kaoua Futuriste. C'est le métier d'August Cole. L'avenir, cet Américain de 47 ans, expert des questions de défense, d'intelligence artificielle et de sécurité, le décrypte d'un trait de plu

Joséphine Boone Le projet d'euro numérique est en expérimentation depuis deux ans. Le gouverneur de la Banque de France vient d'annoncer qu'une nouvelle phase de test sera lancée au second semestre. L

Gilles Babinet Probablement nulle part ailleurs qu'en France, l'apparition de ChatGPT - ce commentateur savant mû par une intelligence artificielle (IA) - n'a fait l'objet d'autant de commentaires acr

bottom of page