top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Cinq propositions pour un numérique inclusif et responsable



Tribune collective


En France, 13 millions de personnes sont éloignées, non équipées et/ou en grande difficulté avec les différents usages du numérique. Or 75 % des emplois en France requièrent la maîtrise des compétences numériques de base.

Par ailleurs symbole d'un monde du travail en pleine mutation, le secteur du numérique est très porteur en matière d'emplois. Le plan France 2030 prévoit de dédier 2,5 milliards d'euros à la formation des talents de demain. Le numérique est aussi un écosystème foisonnant de près de 30.000 entreprises. Mais ces dernières doivent s'inscrire dans une dynamique d'impacts et s'engager dans la création d'emplois qui porte une véritable égalité des chances. Dans le même temps, l'augmentation massive des usages a des conséquences exponentielles sur l'environnement.

Il faut à la fois accompagner les personnes en rupture avec le numérique, embarquer les salariés aujourd'hui en fragilité numérique et être pourvoyeur de talents, notamment issus de la diversité.

Voici nos cinq propositions pour y parvenir :

Déployer un numérique d'intérêt général

Prévoir, dès la conception des services publics en ligne, la formation et l'outillage des travailleurs sociaux et des agents de l'Etat pour qu'ils accompagnent les publics au plus près des besoins.

Agir sur l'éducation et la formation

Créer un droit universel à la formation numérique pour garantir un accompagnement tout au long de la vie et du parcours professionnel.

Définir un système d'évaluation du niveau d'autonomie numérique standardisé qui permette de différencier les niveaux d'exclusion et les freins à l'autonomie. Puis, développer des dispositifs d'éducation et de formation plus performants :- sensibiliser les conseillers d'orientation aux métiers de demain (priorité numérique et environnement) ;- intégrer systématiquement des modules d'éducation numérique et renforcer les programmes scolaires pour développer les compétences de tous les élèves ;- dynamiser la reconversion professionnelle entre secteurs d'activité pour anticiper les mutations technologiques.

Faire de l'entreprise un vrai lieu d'apprentissage du numérique

Considérer la formation comme un investissement pour la compétitivité des entreprises et donner aux PME et TPE un crédit d'impôt intégrant la formation des dirigeants et des salariés à l'utilisation des outils et équipements numériques.

Eriger le numérique responsable en modèle universel

Former les professionnels de la tech au numérique responsable, en imposant notamment des modules d'écoconception et d'accessibilité dans toutes les formations numériques diplômantes :- accompagner le secteur dans sa trajectoire environnementale par l'assurance que les initiatives pour mesurer l'empreinte environnementale soient conduites à leur terme ;- allonger la durée de vie des équipements électriques et électroniques.

Diversifier les talents de la tech

Favoriser la diversification des talents en orientant, notamment, plus de filles vers ces métiers tech ainsi qu'en formant les recruteurs, et travailler dès la conception des algorithmes pour que les biais cognitifs humains ne se répercutent pas sur les algorithmes et donc leurs décisions.

Pour un numérique inclusif et responsable, il est vital de réaliser des investissements massifs en termes de formation, mais aussi de mettre en place des dispositifs d'accompagnement des entreprises pour un numérique à moindre impact environnemental et à plus fort impact social via, notamment, le recrutement de talents issus de la diversité.

Retrouvez l'ensemble des signataires sur lesechos.fr/idees-debats/

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Julien Damon L'intelligence artificielle redéfinit-elle l'écriture de chroniques économiques ? Elle peut aider, voire remplacer les chroniqueurs. Cela doit inquiéter les lecteurs. Dans un monde où l

Thomas Bourleaud, Gwenola Chambon et Mounir Corm Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau » : cette maxime du philosophe grec présocratique

Camille Wong Le secteur carbone/énergie est désormais le plus populaire en Europe, selon un rapport du fonds de capital-risque britannique Atomico. Il a capté plus d'un quart des financements cette

bottom of page