top of page
  • Photo du rédacteurThierry Bardy

Savoir anticiper pour ne pas subir

Pour prévoir l'évolution de nos sociétés, nous devrons nous extraire de la linéarité des modèles - de plus en plus accentuée par les algorithmes - pour nous intéresser aux valeurs socles qui fondent nos comportements.

« L'anticipation mérite que nous nous libérions des modèles mathématiques et que nous réinterrogions en profondeur les sciences humaines. » Par Jean-Christophe Fromantin (Président du programme Anticipations), Mercedes Erra (fondatrice de BETC, présidente du musée national de l'histoire de l'immigration et administratrice du réseau Les entreprises pour la Cité) L'actualité qui s'enchaîne à un rythme effréné démontre à quel point le monde est incertain, mais aussi que la vitesse de diffusion des informations - qu'elles soient vraies ou fausses - peut à tout moment faire basculer les équilibres. La linéarité des processus socio-économiques n'est plus si évidente ; les émotions associées à la vitesse des algorithmes remettent en cause les extrapolations que nous établissions à partir d'hypothèses que nous pensions robustes. Or, si les modèles sont de moins en moins linéaires, et si les hasards deviennent sauvages, la question des fondements sur la base desquels nous pouvons dorénavant anticiper se pose avec acuité. Approche continuiste et biaisée D'aucuns misent sur l'intelligence prédictive en ce qu'elle permet, en faisant converger des données statistiques et l'intelligence artificielle, d'anticiper les évolutions à venir. Là encore, l'hypothèse se construit dans une configuration stable et continue puisque l'intelligence prédictive ne se base que sur des données et des enchaînements déjà éprouvés et par conséquent probables. Le fameux adage, « les mêmes causes produisent les mêmes effets », s'emballe alors à des puissances de calcul stratosphériques sur des centaines de milliards de paramètres. Se baser sur l'intelligence prédictive risque de nous embarquer dans des enchaînements et des reproductions dont les effets nous échapperont. Tels les moutons de Panurge dans le roman de Rabelais, anticiper en se basant sur l'intelligence prédictive risque ainsi de nous embarquer dans des enchaînements et des reproductions dont les effets nous échapperont. L'approche prédictive est à la fois continuiste et biaisée en ce qu'elle se base sur le passé et accentue les tendances. Nouveau processus d'instrialisation Une autre approche est de considérer l'intelligence prédictive, non pas comme un vecteur d'anticipation, mais comme un nouveau processus d'industrialisation. Cela revient à postuler que l'anticipation procède davantage de la manière dont évolueront nos comportements, forts des gains d'efficacité que ces technologies nous procurent, que de la gestion d'un système de reproduction accéléré. Keynes prédisait un temps de travail de quinze heures en 2030 ; on estime aujourd'hui que le temps de travail rémunéré ne représentera plus que 10 % de notre existence à ce même horizon (contre 70 % au milieu du XIXe siècle). Que ferons-nous du reste du temps ? Pour avancer sur cette question, l'anticipation mérite que nous nous libérions des modèles mathématiques et que nous réinterrogions en profondeur les sciences humaines. Non-linéarité des processus Comme le rappelait l'économiste Christian de Boissieu lors du cycle Anticipations 2023 , la compréhension de scénarios économiques d'avenir appelle à ce que nous échangions avec les historiens, les géographes ou les sociologues afin d'intégrer la non-linéarité des processus que nous vivons. C'est aussi vers quoi tendait le philosophe des sciences Bruno Latour quand il appelait à réinterroger nos terrains de vie au sens fondamental du terme (Où atterrir, 2017) ; c'est la même question que pose le sociologue Hartmut Rosa (Résonance, 2018) quand il rappelle que nos comportements procèdent d'un équilibre entre une part sociale, une part matérielle et une part métaphysique, et nous met en garde sur notre perte de résonance au profit d'une hypermatérialité dont les algorithmes accentuent la pression. Là réside sans doute le quiproquo entre l'extrapolation et l'anticipation : l'un mise sur l'accélération des modèles dans une hypothèse continuiste ; l'autre intègre la complexité de l'être humain dans un schéma discontinuiste. Les valeurs socles qui fondent nos comportements C'est aussi la confusion entre les notions d'innovation et le progrès : l'une est construite sur la seule technique ; l'autre met en perspective le sens de la vie. Les crises que nous vivons procèdent de ces tensions entre des accélérations difficilement maîtrisables et une recherche d'authenticité dont on perçoit de plus en plus les signaux. C'est particulièrement intéressant de voir comment nos comportements incarnent ces tensions : entre les phénomènes paradoxaux de fast fashion et de seconde main ; dans le conflit entre une réalité métropolitaine et l'aspiration profonde des 18-35 ans à vivre dans un village ou une ville moyenne ; entre nos prises de conscience des enjeux environnementaux et nos difficultés à changer nos comportements. Nos approches stratégiques devront de plus en plus s'extraire de la linéarité des modèles pour s'intéresser aux valeurs socles qui fondent nos comportements. Car, bien que nous soyons prompts à savoir maîtriser le temps court ou le temps long grâce aux technologies, c'est bien dans l'appréhension du temps large avec sa part irrationnelle que se dessinera l'avenir. Jean-Christophe Fromantin est maire de Neuilly-sur-Seine, délégué général d'Anticipations et chercheur associé à la chaire ETI-IAE de l'université Panthéon-Sorbonne. Mercedes Erra est présidente et fondatrice de BETC Groupe.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Responsabiliser les consommateurs

Natacha Valla www.clubopenprospective.org Dans un monde de plus en plus conscient de son empreinte écologique, le rôle des consommateurs dans la responsabilité sociale et environnementale devrait reve

A Davos, l'IA a occupé le coeur des débats

Nicolas Barré et Jean-Marc Vittori Deux sujets ont fait consensus cette année lors du Forum économique mondial de Davos : l'intelligence artificielle générative, qui va avoir des effets massifs sur le

bottom of page